Bertelsmann fait le dos rond

 |   |  285  mots
Bertelsmann n'est guère optimiste pour 2009. Après avoir vu son résultat net reculer d'un tiers en 2008 à 230 millions d'euros, pour un chiffre d'affaires quasi stable à 16 milliards d'euros, le groupe allemand, géant européen des médias, a prévenu, hier, qu'il s'attendait à une « baisse de son chiffre d'affaires et de ses profits ». L'ampleur de cette baisse dépendra, a précisé le directeur financier, Thomas Rabe, de la force et de la durée de la crise.Le groupe a, du coup, « revu ses priorités » et reconnu que ses objectifs de croissance passaient cette année au second plan. « Cela veut dire que nous les atteindrons plus tard », a affirmé le président du groupe, Hartmut Ostrowski. La priorité est pourtant désormais donnée au « réalisme », autrement dit à la pérennité des activités ? la télévision gratuite en Europe (RTL, M6, Five), la presse écrite (Gala, Geo), l'imprimerie et l'édition (Random House)? ? et au renforcement de la liquidité. Pas d'acquisitions d'importance à attendre cette année. Réduction des coûtsSi Bertelsmann se dit toujours prêt à examiner de « bonnes affaires », « la définition de la bonne affaire n'est plus la même qu'il y a un an », a averti le directeur général de RTL Group, Gerhard Zeiler. Mais les cessions d'activités ne sont pas non plus à l'ordre du jour : pour Thomas Rabe, les prix actuels ne prennent pas en compte la valeur réelle des activités. En attendant, le groupe annonce qu'il va réduire ses coûts sans détailler les économies. Le directoire a montré la voie en renonçant à la moitié de sa rémunération pour 2009. R. G., à Berl

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :