pays  : puis espace2pointsespace titre

 |   |  251  mots
1mot PuisTexte La Corée du Nord a annoncé hier qu'elle allait refermer davantage sa frontière terrestre avec la Corée du Sud, et suspendre, à compter du 1er décembre, les liaisons ferroviaires pourtant reprises en 2007 après plus d'un demi-siècle d'interruption. Pyongyang réagit ainsi à ce qu'il qualifie de politique de « confrontation » de la part de Séoul. L'envoi de ballons portant des tracts critiquant le régime dit « communiste » de l'étrange Kim Jong-Il, et surtout la décision du président sud-coréen, Lee Myung bak, de durcir les conditions de l'aide à son voisin du nord, ont manifestement joué dans ce refroidissement soudain entre les deux frères ennemis de la péninsule (ils n'ont jamais officialisé la paix à l'issue de leur guerre fratricide entre 1950 et 1953). Impact économiqueConséquence directe, les rares ouvertures économiques auxquelles ait consenti le régime fantoche du nord sont menacées. Le site touristique du mont Kumgang verrait son personnel sud-coréen réduit, Pyongyang voulant en « expulser de façon ponctuelle » une partie. Quant à l'enclave économique de Gaesong, située en Corée du Nord tout près de la frontière, elle subirait le même sort. Ce complexe industriel, qui avait ouvert à l'issue du premier sommet intercoréen de détente en 2000, compte 32.000 employés, essentiellement nord-coréens, employés par 79 entreprises du Sud. Paradoxe, Gaesong est une source de revenus précieuse - pour une économie nord-coréenne exsangue- estimée à environ 20 milliards de dollars. L. C.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :