L'Ohio, état clé dans la bataille de la participation électorale

 |   |  836  mots
Tiens, voilà l'une de nos navettes?! » Assis sur le porche de la petite maison de bois décrépie qui abrite l'organisation qu'il dirige, Vote Today Ohio, dans un quartier populaire de Columbus, la capitale de l'État, Tate Hausman désigne avec fierté un vieux van auquel il réserve un rôle considérable le 4 novembre. « Grâce à nos véhicules, des milliers de personnes se sont inscrites sur les listes électorales », s'enthousiasme Hausman. « Le jour du scrutin, douze navettes seront disponibles pour aider des électeurs démunis, jeunes ou issus de minorités, à voter », prévient-il.La trentaine décontractée, arborant une barbe de trois jours et une veste couverte d'autocollants à l'effigie de Barack Obama, Tate Hausman ne milite pas officiellement pour le candidat démocrate. « Vote Today Ohio est une organisation indépendante dont la vocation est d'inciter les catégories de la population sous-représentées à Washington à voter et d'assister les personnes qui auront des difficultés à se déplacer le jour de l'élection, qui tombe un mardi », explique Hausman. « Les gens auront alors douze heures pour voter alors qu'ils seront aussi censés travailler et emmener leurs enfants à l'école », note Steve Hightower, directeur régional de la Ligue des jeunes électeurs, qui encourage les jeunes Américains noirs et issus de l'immigration africaine à participer aux élections. « Chaque vote comptera », affirme le militant associatif rappelant qu'en 2004 George W. Bush a gagné la présidentielle après avoir remporté l'Ohio à 118.000 voix près. NervositéÀ moins d'une semaine du scrutin, John McClelland, directeur de la communication des républicains dans l'Ohio cache mal sa nervosité. Selon la synthèse des sondages Realclearpolitics, John McCain est distancé de six points par Barack Obama dans cet État conservateur. « Il est clair que les démocrates se sont inspirés de nos méthodes pour faire participer davantage d'électeurs », concède McClelland, alors qu'au siège des républicains à Columbus s'agitent des dizaines de volontaires, téléphone en main. Leur technique de prédilection?? Le « microtargeting », soit la modélisation informatique des sympathisants potentiels à partir de bases de données. « Nos célèbres banques téléphoniques indiquent à quelle association ou église appartiennent les gens, quels magazines ils lisent ou s'ils aiment les armes à feu », explique McClelland. Un candidat républicain n'ayant jamais accédé à la Maison-Blanche sans remporter l'Ohio, la pression est palpable au siège du GOP (« Grand Old Party ») de Columbus. Voilà deux semaines, la cour suprême des États-Unis a rejeté une requête des républicains qui voulaient obliger l'État à vérifier si les 666.000 nouveaux électeurs ? sur 9 millions au niveau national ? ont été légalement inscrits. Le GOP affirme que 200.000 l'ont été frauduleusement et dénonce les efforts de la secrétaire d'État démocrate de l'Ohio, Jennifer Brunner, pour augmenter la participation. En 2004, des milliers d'électeurs ont été dissuadés de voter en raison de files d'attente de plusieurs heures. La secrétaire d'État a donc fait installer plus de machines à voter, créé de nouveaux bureaux de vote et autorisé le vote par anticipation, en vigueur dans 38 États. Brunner, qui prévoit un taux de participation de 80 % dans l'Ohio, estime qu'un tiers des électeurs y aura voté avant le 4 novembre.Au siège du GOP, John McClelland dénonce l'attitude « partisane » de Brunner et affirme que les démocrates « tentent de voler cette élection ». « La campagne de John McCain essaie d'étouffer le débat électoral en évoquant de soi-disantes irrégularités », rétorque Tom Reynolds, chargé de la communication d'Obama dans l'Ohio. Selon lui, les républicains locaux sont furieux car « les démocrates réalisent le ciblage d'électeurs le plus sophistiqué de l'histoire ». Mais ils disposent aussi de moyens humains et financiers inégalés. « Je n'ai jamais vu une campagne pareille, ses partisans sont partout?! », s'exclame Joe Hallett, chef du service politique de la « Columbus Dispatch », le quotidien de la ville. La campagne d'Obama a ouvert 89 bureaux locaux à travers l'État, dispose de 300 employés rémunérés ? six fois plus qu'en 2004 ? soutenus par 6.500 volontaires? et selon Hallett, « Obama commence même à séduire dans les zones rurales?! ». un tiers des votesReste à convaincre les cols bleus qui ont plébiscité Hillary Clinton lors des primaires démocrates à voter pour un candidat noir. « Une fois celles-ci achevées, nous avons adressé un message très direct à nos membres : quels que soient vos préjugés, mettez-les de côté car seuls comptent vos problèmes économiques », résume Tim Burga, directeur opérationnel de la confédération syndicale AFL-CIO de l'État. Avec leurs familles et retraités, ses membres représentent deux millions d'électeurs, soit environ un tiers des votes de l'Ohio. Burga assure que le discours libéral de John McCain sur les accords de libre-échange permet aux syndicats de mobiliser leurs troupes en faveur de Barack Obama et que, le 4 novembre, ils « sauront voter pour leurs intérêts ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :