Vente de MGM : les candidats rendent leurs offres aujourd'hui

Dernière ligne droite pour les candidats engagés dans la course à la reprise des studios Metro Goldwyn Mayer mis en vente par le Consortium de Réalisation du Crédit Lyonnais (CDR). Aujourd'hui à 14 heures, Lazard Frères enregistrera à New York leurs offres définitives, afin de les transmettre au CDR dans les plus brefs délais. Comme prévu, Polygram, le groupe News Corp. de Rupert Murdoch et le producteur indépendant Morgan Creek devraient figurer dans le trio de tête des prétendants. Filiale audiovisuelle du néerlandais Philips, Polygram fait figure de favori avec une offre de 1,3 milliard de dollars (6,6 milliards de francs) au comptant. Mais il ne faudra pas négliger Rupert Murdoch, déjà propriétaire des studios 20th Century Fox, dont la proposition à 1 milliard de dollars (5,1 milliards de francs) pourrait être revue à la hausse : le prestigieux catalogue de 1.500 films (dont les « James Bond » et les « Rocky », et de récents succès comme « Get shorty » et « Bird cage ») détenu par la Metro et sa société soeur United Artists est en effet susceptible d'alimenter le réseau de télévision BSkyB désormais engagé dans les projets numériques de l'allemand Leo Kirch. Pour sa part, Morgan Creek offrirait également 1 à 1,3 milliard de dollars, grâce à un tour de table associant notamment le coréen Daewoo et le japonais Fuji Sankei. Le producteur d'« Ace Ventura » pourrait être renforcé par Capella Films, un autre indépendant de Beverly Hills. Quant à Frank Mancuso, l'actuel manager de MGM, il recevrait le renfort du groupe australien Seven Network. Enfin Arnon Milchan's (New Regency) serait toujours sur les rangs Suscité par les perspectives de la vidéo à la demande, l'engouement actuel pour les droits audiovisuels pourrait faire monter les enchères jusqu'à 1,5 milliard de dollars, estiment certains analystes. Mais la plupart des prétendants conditionneraient leurs offres à la levée du contrat de distribution vidéo liant MGM à Warner Bros jusqu'en 2003, qui prive le studio d'importantes ressources. Pour sa part, le Crédit Lyonnais - qui a investi 12 milliards de francs dans le sauvetage de la MGM - n'est pas pressé de céder un tel actif à vil prix. Comme la loi américaine laisse à la banque française jusqu'à mai 1997 pour se défaire du studio, le feuilleton MGM n'en est peut-être pas à son dernier épisode. Jean-Christophe Féraud

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.