Digitick dématérialise la billetterie

 |  | 378 mots
Lecture 2 min.
Sur les 300 millions de billets de spectacles, foires et expositions vendus chaque année en France, peu sont encore dématérialisés. Mais la donne est en train de changer, grâce à une loi du 1er janvier dernier. Elle permet d'obtenir un billet virtuel valable à partir d'Internet ou d'un téléphone portable sans qu'il soit besoin de l'échanger ensuite contre un billet traditionnel. Une mesure que les fondateurs de Digitick attendaient avec impatience.Créée en juin 2004, leur société a développé une technologie permettant, soit de payer ses billets en ligne puis de les imprimer à domicile, soit de les télécharger sur son mobile : l'image assortie d'un code-barres est alors stockée dans la galerie multimédia. Une solution qui ne serait pas complète sans la fourniture par la PME des contrôles d'accès permettant de valider ces billets. "Outre le fait de ne pas devoir faire la queue et de pouvoir réserver de n'importe quel endroit, cette technologie permet d'avertir le consommateur en cas d'annulation ou de rajouter des informations pratiques, comme un plan d'accès", témoigne Emmanuel Guyot, le cofondateur de la société avec Syvain Lumbroso.PREMIÈRE LEVÉE DE FONDSTous deux se partagent le capital aux côtés de plusieurs associés et de fonds d'investissements dont le plus important est SFR Développement. Une première levée de fonds de 2 millions d'euros en septembre 2006 a permis à Digitick de financer son expansion. Elle a signé plus de 350 accords de partenariat avec des salles de spectacles (La Cigale, L'Olympia, Grand Rex...) des festivals (Francofolies de la Rochelle...), des diffuseurs de concerts, des fédérations sportives, des musées (dont la Réunion des musées nationaux) et des parcs d'attraction. L'ensemble représente plus de 5.000 événements en 2007. Mais ce n'est qu'un début : d'autres champs pourraient s'ouvrir (théâtre..) ou se développer (sport...). Digitick opère en direct ou en marque blanche pour le compte d'opérateurs téléphoniques. D'autres services en matière de livraison de contenu (clips...) seront également proposés. L'entreprise, qui devrait peser 5 millions d'euros en 2007, va aussi à se développer au Benelux dès cette année, et dans plusieurs autres pays en 2008.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :