Goodyear fait tomber le couperet à Amiens Nord

 |   |  456  mots
Goodyear Dunlop Tires France (GDTF) a présenté aujourd’hui au Comité Central d’Entreprise un projet de fermeture de son usine d’Amiens Nord, qui fabrique des pneumatiques pour des véhicules de tourisme et des engins agricoles. Le couperet, tant redouté, est tombé. 1175 emplois sont sur la sellette. La direction a déclaré ce jeudi que cette «solution» s’imposait à elle après l’échec de toutes les «autres solutions alternatives». « Nous sommes profondément déçus que cinq années de négociations n’aient pas permis de parvenir à un compromis avec les représentants du personnel d’Amiens Nord. L’annonce d’aujourd’hui est la seule option qu’il nous reste\", a souligné Henry Dumortier, Directeur Général de Goodyear Dunlop Tires France.Vente ratéeLe manufacturier américain n’a jamais caché son intention de fermer son activité de pneus « tourisme » sur ce site et de vendre à Titan, spécialiste également américain du secteur, l’activité de pneus agricoles (500 emplois).  Mais la direction n’est jamais parvenue à un accord avec le syndicat majoritaire, la CGT. Opposée à l’arrêt de cette activité «tourisme», la CGT n’a jamais accepté de signer de PSE. Elle a par ailleurs saisi le TGI de Nanterre, qui l’a suspendu à deux reprises. En juin 2012, la direction et la CGT avaient entamé des négociations autour d’un plan de départs volontaires. Mais le syndicat a refusé de signer l’accord à la dernière minute, considérant «insuffisantes» les garanties offertes par Titan.Fortes pertesLa production de pneus tourisme est \"impactée simultanément par une faible demande en Europe, une concurrence accrue avec de nouveaux acteurs et une augmentation des coûts de production. Dans ce contexte, les pneus de tourisme produits dans l’usine d’Amiens Nord ne sont plus du tout compétitifs. En 2011, la production a engendré une perte de 41 millions d’euros pour le groupe\", argue la direction. \"Les activités du groupe dans le domaine agricole au sein de la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) sont confrontées à des pertes progressives de parts de marché, en particulier sur le marché d’équipement d’origine, et par des coûts de fabrication non compétitifs des pneus radiaux produits à Amiens Nord. En 2011, la production de pneus agricoles à Amiens Nord a engendré une perte de 20 millions d’euros pour le groupe\", explique le groupe.Ce jeudi en fin de journée, le ministre du Redressement productif a toutefois annoncé qu\'il souhaitait \"ramener tout le monde à la table des négociations\". Le ministre assure d\'ailleurs avoir lui-même contacté le potentiel repreneur américain Titan, sans avoir eu de réponse pour l\'instant. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :