émoi à la société générale

 |   |  251  mots
Il a suffi d'un courriel, de l'un de ces e-mails internes qu'un collaborateur adresse aux autres salariés de la maison, pour qu'une tour de la Société Généralecute; Générale à La Défense s'embrase. « Qui a oublié les clés de sa Porsche ? » interrogeait le salarié, déclenchant une avalanche de réactions. « Cela restera entre nous ! », « Qui va prévenir ?Libé? ? »? Les bonus et leur emploi restent des sujets sensibles.Désireuse de calmer la tempête sociale qui agite France Télécome;lécom depuis cet été, la direction de l'opérateur a décidé de renforcer son service de médecine du travail. Pour épauler ses 70 médecins, qui dénoncent depuis des mois leurs propres conditions de travail, France Télécome;lécom a donc ouvert 40 postes. Des emplois qui n'ont pour l'instant pas trouvé preneur. Malgré ses efforts ? et l'intérêt de la tâche ? le groupe n'a reçu qu'une seule candidature à ce jour.Le choix des 15 membres de la commission Stiglitz en 2008 pour réfléchir, à la demande de Nicolas Sarkozy, à de nouveaux indicateurs pour mesurer la richesse ne fut pas sans grincements. L'économiste Jean-Paul Fitoussi ne souhaitait pas intégrer Jean Gadrey, professeur d'économie à l'université de Lille. Ce n'était pas tant son profil de chercheur ? ses recherches portent sur les indicateurs de richesse ? que son profil de membre du Conseil scientifique d'Attac qui faisait problème. C'est finalement Joseph Stigliz qui l'a imposé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :