Les fabricants taiwanais de puces se portent bien

 |   |  325  mots
emi-conducteursTémoins privilégiés de l'état de la demande pour les circuits électroniques, TSMC et UMC viennent de publier leurs résultats pour leur troisième trimestre fiscal. Ces deux entreprises de Taiwan sont des fondeurs indépendants de silicium. Ils fabriquent des puces pour le compte de concepteurs comme Freescale, Xilinx, Altera ou Tensilica. Ces fondeurs indépendants sont apparus vers la fin des années 1980. Ils investissent dans du matériel de production coûteux qu'ils mutualisent sur un grand nombre de clients, les « fabless companies » ou entreprises sans usines. Au fil du temps, leur modèle économique a été validé. Tant et si bien que les fabricants intégrés, qui possèdent unités de conception et usines, sous-traitent une partie de leurs travaux auprès des fondeurs indépendants. Au cours du troisième trimestre fiscal, les producteurs intégrés ont représenté 20 % du chiffre d'affaires de TSMC.Par rapport à l'année précédente, ce chiffre d'affaires a baissé de 3,3 % (89,9 milliards de dollars de Taiwan ou 1,87 milliard d'euros), mais il a augmenté de 21 % par rapport au deuxième trimestre 2009. Le même phénomène s'observe sur le bénéfice net : repli de 0,1 % sur un an mais augmentation de 25 % sur un trimestre (équivalent de 636 millions d'euros). Plus petit en taille, UMC a annoncé un bénéfice net de 127 millions d'euros (équivalent) alors qu'il perdait de l'argent au troisième trimestre 2008. bonne tenue du marchéSelon TSMC, la demande pour les puces utilisées par l'informatique devrait augmenter, mais le marché des puces pour les applications de communications devrait se tasser après deux trimestres de forte croissance. La bonne tenue globale du marché a poussé l'entreprise à relever de 2,3 à 2,7 milliards de dollars ses prévisions d'investissements pour 2009. Ces investissements permettront de porter de 4 % à 10 % le pourcentage de circuits fabriqués avec un pas d'écartement de 40 nanomètres, plus rentables que les anciens circuits. Pascal Boulard

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :