Poker menteur entre l'État et le fonds souverain du Qatar autour d'Areva

 |   |  513  mots
En annonçant mercredi l'intention de l'État de participer à la recapitalisation d'Areva, Christine Lagarde a enterré l'augmentation de capital du groupe nucléaire telle qu'elle était étudiée depuis dix-huit mois. Bercy travaille aujourd'hui sur une opération en deux temps. À court terme, une levée de fonds avec le fonds souverain du Koweït et l'État lui-même. Le premier apporterait 750 millions d'euros, le second 250 millions, selon le « Financial Times ». L'apport de l'État proviendrait, selon Bercy, d'un arbitrage dans son portefeuille de participations. Au premier semestre 2011, l'État envisage un second tour de table « industriel » avec les candidats intéressés, notamment EDF, Alstom et Mitsubishi écarté du premier tour.L'échec des négociations de l'État avec le fonds souverain du Qatar (QIA), pressenti pour prendre près de 10 % d'Areva, reste cependant au coeur de ce rétropédalage.Deux versions s'affrontent. Dans l'entourage d'Areva, on a vu derrière les visées sur les mines d'uranium dévoilées à la dernière minute par le QIA la main d'EDF pour faire capoter l'opération. « Faux », affirme-t-on côté qatari. « Cela fait un an que nous expliquons aussi bien à la direction d'Areva qu'à l'Élysée que nous sommes particulièrement intéressés par les actifs miniers, qui offrent un meilleur profil de rentabilité », en citant « au moins » deux rendez-vous d'Ahmed Al-Sayed, patron du Qatar Holding, avec Claude Guéant, secrétaire général de l'Élysée.L'idée d'associer le Qatar à Areva est venue du Credit Suisse, banque conseil de l'émirat, détenue à 9,9 % par le QIA, qui les a accompagnés sur les opérations Porsche, Harrod's, Vinci ou Veolia. Problème : Credit Suisse est présidé en Europe par François Roussely, à la fois ancien PDG d'EDF, proche d'Henri Proglio et auteur du rapport sur la filière nucléaire qui préconisait la séparation de l'activité minière d'Areva. « Aucun lien », rétorque-t-on côté qatari. « Enthousiastes au début, au fur et à mesure de l'examen des comptes d'Areva, nous avons demandé à être associés également aux mines, qui répondent mieux à nos critères d'investissement. »« souveraineté nationale » Devant l'absence de réponse de l'État, le QIA a exigé, récemment, un engagement écrit sur cette question. Ce qui obligeait le gouvernement à s'avancer sur une option encore non arrêtée, même si Bercy a mandaté une banque pour étudier ce scénario. Une option farouchement combattue par Anne Lauvergeon, qui a invoqué la « souveraineté nationale » pour conserver l'uranium. « Une telle séparation empêcherait surtout Areva de consentir des rabais sur la fourniture d'uranium pour décrocher un EPR », commente un analyste.L'État a néanmoins tergiversé jusqu'au dernier moment. Selon l'entourage du QIA, Nicolas Sarkozy serait sorti convaincu de ce scénario à l'issue de sa rencontre avec le premier ministre qatari mardi 23 novembre. Il aurait même chargé Claude Guéant d'accélérer le dossier « mines ». Dix jours après, aucun membre du gouvernement n'avait informé les dirigeants qataris de leur décision.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :