Compétitivité : à quoi va servir le rapport Gallois ?

 |   |  940  mots
Six mois après l\'élection de François Hollande, l\'exécutif français, qui traverse une zone de fortes turbulences, va abattre une partie de ses cartes en présentant mardi de premières mesures pour améliorer la compétitivité de l\'économie française, sur fond de hausse continue du chômage. La veille, l\'ancien président d\'EADS, Louis Gallois, aujourd\'hui, commissaire à l\'investissement remettra au gouvernement son rapport très attendu sur la relance de la compétitivité. Il avait exprimé en juillet sa volonté d\'un \"choc de compétitivité\". Selon des informations de presse ces dernières semaines, le rapport Gallois pourrait préconiser une baisse de 30 milliards d\'euros de cotisations, une demande relayée par plusieurs patrons du CAC 40. Que va faire le gouvernement de ce rapport ? Déjà le 19 octobre, François Hollande avait indiqué qu\'il n\'engageait que son auteur, avant d\'assurer cependant que le gouvernement en retiendrait « sûrement beaucoup d\'éléments »\"C\'est le gouvernement qui gouverne\"Invité ce dimanche du Grand Rendez-vous Europe1, Aujourd\'hui en France et iTélé, Benoît Hamon, le ministre chargé de l\'Economie sociale Benoît Hamon est allé dans le même sens. Le rapport Gallois « est une contribution, c\'est le gouvernement qui gouverne ». Et d\'ajouter : « cette contribution ignore une équation importante, c\'est que pour que l\'on puisse acheter à nos entreprises des biens, il faut que les hommes et femmes de ce pays aient de quoi acheter, que leurs revenus ne soient pas orientés à la baisse qu\'on ne s\'engage pas à une course européenne de moins-disant salarial ».\"Pas qu\'un problème de coût du travail\"Benoît Hamon a souligné qu\'une diminution de 30 milliards des cotisations, comme demandé par les patrons du CAC 40 pour une durée de deux ans (financée par une hausse de TVA et des économies budgétaires) et que pourrait préconiser le rapport Gallois remis lundi, créerait un \"choc de pouvoir d\'achat\" pour les Français.Ce \"choc\" se traduirait selon lui \"par des capacités à consommer des Français beaucoup moins importantes, puisqu\'ils devraient payer plus de CSG et de TVA\". \"Si on fait 30 milliards de baisse des cotisations, ce sont 30 milliards en moins pour la sécurité sociale, sauf si c\'est compensé par une augmentation de la TVA et de la CSG. Est-ce que l\'on considère que pour rétablir notre compétitivité, nous faisons le sacrifice de notre protection sociale, la prise en charge de la maladie et des personnes âgées?\", s\'est-il interrogé. \"Ce qui est inconcevable, c\'est de considérer que le problème des entreprises françaises soit juste un problème de coût du travail. Ce n\'est pas vrai, il y a un problème d\'innovation, d\'investissement, d\'épargne\", a souligné Benoît Hamon. \"Si on ne relance pas la consommation en France, on n\'aura pas les moyens de remplir les carnets de commande de nos propres entreprises\", a-t-il résumé. Les mesures présentées mardi devraient concerner la compétitivité \"hors coût\" et toucher la simplification administrative, la formation ou la qualité de la production française. Celles sur le coût du travail attendront début 2013, quand le Haut-conseil du financement de la protection sociale aura proposé des pistes de réforme.\"Je n\'attends rien de ce rapport\"Le rapport Gallois risque donc de n\'être qu\'un rapport de plus sur la compétitivité. « Nous n\'avons pas besoin d\'un rapport supplémentaire sur la compétitivité. Nous en avons plein nos bibliothèques », a déclaré l\'économiste Elie Cohen. « Je n\'attends rien de ce rapport ».Certains pointent ses contradictions avec les engagements électoraux de François Hollande. « On ne peut pas en même temps redresser les finances publiques et faire un choc de compétitivité -un transfert massif et immédiat de cotisations sociales et patronales sur l\'impôt », admet une source gouvernementale citée par Reuters. « Nous n\'avons pas besoin d\'un rapport supplémentaire sur la compétitivité. Nous en avons plein nos bibliothèques », a déclaré l\'économiste Elie Cohen. « Je n\'attends rien de ce rapport ».Remettre du sens dans l\'action du gouvernementSelon un ministre, cité par l\'AFP le rapport Gallois doit aussi permettre de \"remettre du sens dans l\'action du gouvernement\" au moment où \"il y a un doute\" et où la chronique des \"couacs\" de l\'équipe Ayrault entame sa crédibilité dans l\'opinion. A peine plus d\'un tiers des Français accorde sa confiance au tandem de l\'exécutif, selon les sondages. Ces derniers jours, plusieurs voix se sont élevées dans la majorité pour appeler à davantage de pédagogie et de travail d\'explication, alors que le chef de l\'Etat lui-même doit donner une grande conférence de presse à la mi-novembre. Ayrault tentera de se montrer pédagogue au JT de 20 heures de TF1. \"On ne répète pas assez que la crise de la zone euro est en voie de résolution et que cela aura ses effets, en particulier sur le front de l\'emploi\", relève un ministre.Dès mardi , le Premier ministre, fragilisé par ses sorties ratées sur les 35 heures et la censure de la loi sur le logement social, tentera de se montrer pédagogue au JT de 20 heures de TF1. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :