La dépendance, chantier prioritaire de Roselyne Bachelot

 |   |  370  mots
C'est un véritable baptême du feu qui attend le tout nouveau ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale en 2011. Qualifié de « transversal » car il recoupe des champs de compétences qui étaient jusqu'ici traités par plusieurs ministères (dépendance, handicap, famille, pauvreté et précarité...), Roselyne Bachelot-Narquin, la ministre de tutelle, accompagnée de sa secrétaire d'Etat, Marie-Anne Montchamp, a présenté ce jeudi sa feuille de route pour les quinze mois. Doté d'un budget de 12 milliards d'euros, gestionnaire de plus de 100 milliards de prestations familiales, ce ministère a en charge le chantier de la dépendance à laquelle l'Etat consacre déjà 22 milliards d'euros par an. Au 31 décembre 2009, 1,2 million de personnes touchaient l'Allocation personnalisée d'autonomie. Selon l'Insee, les plus de 60 ans devraient représenter un tiers des Français en 2035, et les plus de 75 ans 11,9 millions.Groupes de travailPour réfléchir à l'avenir de la prise en charge de la dépendance, Roselyne Bachelot-Narquin a annoncé la création de quatre groupes de travail thématiques associant des experts et des partenaires concernés (élus locaux et nationaux, partenaire sociaux...). Des débats auront également lieu en région, organisés par les préfets de région et les agences régionales de santé (ARS). À noter, parallèlement à ces travaux, l'Etat prolonge les actions déjà mises en oeuvre comme le plan Alzheimer et le plan de Solidarité grand âge 2007-2012. À travers la lutte contre les inégalités et la pauvreté, les jeunes ne sont pas oubliés par ce « duo de choc », comme s'est plu à le qualifier l'ancien ministre de la Santé. Sur ce point, elle attend beaucoup de la montée en puissance du Revenu de solidarité active jeunes (lire ci-dessous). La parité homme-femme et notamment la question des écarts salariaux seront aussi au centre de leurs préoccupations. Le handicap également. « L'échéance posée dans la loi d'une accessibilité totale en 2015 devra être respectée. Nous n'accepterons aucun report, ni retard », a martelé la ministre. Enfin, le tandem a bien l'intention de se pencher sur le cas des femmes seules en situation précaire, particulièrement celles avec des enfants à charge.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :