Emploi : Hollande s'accroche aux bonnes nouvelles

 |   |  459  mots
A l\'Elysée, on retrouve un timide sourire sur la question de l\'emploi. Le frémissement serait là. Certes, pour l\'instant, la faible croissance (0,4% attendu au quatrième trimestre) ne permet pas d\'envisager un retour spontané aux créations d\'emplois dans le secteur marchand. Mais la politique des emplois aidés porte ses fruits. Résultat, selon l\'Insee, au quatrième trimestre, on assisterait à une accélération de l\'emploi total (secteur marchand et non marchand cumulé), avec 28.000 créations nettes d\'emplois.65.000 emplois d\'avenir conclusBien entendu, cette \" bonne nouvelle \" est surtout due aux emplois d\'avenir. Sur les 1000.000 budgétés pour 2013, le cap du 65.000è emploi d\'avenir conclu vient d\'être franchi. Et ce sont encore 50.000 nouveaux emplois d\'avenir qui sont prévus dans le projet de loi de finances pour 2014. A moins que, comme l\'a suggéré dimanche 6 octobre Claude Bartolone, le président de l\'Assemblée Nationale, ce soit finalement le double d\'emplois d\'avenir qui soient budgétés en 2014, si la conjoncture le nécessite.Dans l\'entourage de François Hollande, on refuse  \"pour l\'instant\" de confirmer l\'éventualité d\'une telle rallonge budgétaire… Mais on ne ferme pas complètement la porte. Peut-être que le Président de la République évoquera la question lors de son déplacement ce mardi  dans la Loire, à Roanne puis à Saint-Etienne sur le thème de l\'emploi.  l\'expérience pilote des 37.000 demandeurs d\'emploi en formationAutre motif de satisfaction ; l\'expérience pilote pour former de façon expresse 30.000 chômeurs à des métiers en forte tension sur lesquels les entreprises n\'arrivent pas à recruter. Un plan décidé par François Hollande, à l\'issue de la deuxième grande conférence sociale en juin dernier. Finalement, ce sont 37.000 demandeurs d\'emploi qui sont entrés dans le dispositif, grâce au déblocage d\'une enveloppe de 150 millions d\'euros, en provenance notamment du Fonds de sécurisation des parcours professionnels, institué et géré par les partenaires sociaux.\"Cette expérience préfigure ce que l\'on attend de la prochaine réforme de la formation professionnelle négociée par les partenaires sociaux\" explique t\' on à l\'Élysée.A savoir une simplification des circuits et davantage de formation à destinations des demandeurs d\'emploi. Et de reconnaitre que parallèlement à cette réforme de la formation, le gouvernement ouvrira le délicat chantier du financement des organisations patronales et syndicales, en tant qu\'acteurs de la vie sociale du pays…. De beaux débats en perspectives.Lire aussi: \"Le quinquennat de François Hollande entre dans une période décisive\"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :