Le géant espagnol Santander multiplie les acquisitions dans le monde

 |   |  341  mots
Santander tous azimuts. La banque espagnole court plusieurs lièvres à la fois et multiplie les succès. Elle a annoncé mercredi le rachat à Bank of America de la participation minoritaire de 24,9 % qu'elle ne détenait pas dans sa filiale mexicaine pour 2,5 milliards de dollars, soit 2,1 milliards d'euros. Santander récupère ainsi sa participation qu'elle avait cédée à la banque américaine en 2003 pour 1,6 milliard d'euros. En Europe, la première banque espagnole serait parallèlement en négociations exclusives avec son homologue suédoise SEB pour lui racheter ses activités en Allemagne, selon le « Financial Times Deutschland ». Son offre serait « nettement supérieure » à celle de son concurrent italien UniCredit et oscillerait entre 450 et 500 millions d'euros. SEB dispose de 174 agences en Allemagne et près de 1 million de clients, dont 23.000 entreprises. devenir leader outre-MancheSi cette acquisition est confirmée, il s'agirait d'une nouvelle implantation significative de Santander sur un marché étranger après le Brésil, les états-Unis et plus récemment la Grande-Bretagne. En 2003, elle avait racheté la britannique Abbey National puis complété son réseau en mettant la main sur Alliance & Leicester et une partie de Bradford & Bingley en 2008, en pleine crise financière. La Grande-Bretagne reste la première cible de la banque dirigée par Emilio Botin, favorite pour racheter 300 agences de Royal Bank of Scotland alors que les concurrents australien NAB et Blackstone ont déjà abandonné. Si Santander réussit ce nouveau coup de maître outre-Manche, elle deviendra l'un des leaders derrière les géants Lloyds, Royal Bank of Scotland, HSBC et Barclays.L'offensive du géant espagnol illustre en tout point sa stratégie d'expansion. D'abord se renforcer et croître dans les pays d'Amérique latine et les régions hispaniques du sud des états-Unis. Et en Europe, pénétrer de nouveaux marchés en rachetant des réseaux et en profitant des mouvements de consolidation. La banque est également sur les rangs pour mettre la main sur la polonaise Zachodni. M. Pe. (avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :