Total investit en Australie pour fournir l'Asie en gaz

 |   |  375  mots
cite>Total continue à parier sur le développement du marché asiatique de gaz naturel liquéfié (GNL). Ciblant déjà l'Asie depuis ses opérations au Qatar, au Yemen, et en Indonésie, le groupe français vient d'acquérir en Australie 20 % d'un projet de production et de liquéfaction de gaz de charbon, pour 750 millions de dollars. Total et ses deux partenaires, l'australien Santos (qui garde 45 % du projet et cède 15 %) et le malaisien Petronas (qui cède 5 % et en conserve 35 %) prévoient d'investir 15 milliards de dollars pour atteindre un plateau de production de 150.000 barils équivalent pétrole par jour en 2016. Total emboîte ainsi le pas à ses concurrents ConocoPhilips et Shell qui ont racheté, en 2008 et 2009, des entreprises australiennes impliquées dans des projets similaires, pour respectivement 5 milliards de dollars et 3,5 milliards de dollars australiens. Interrogé sur l'apparente modestie de la transaction, Patrick Pouyanné, directeur au sein de l'exploration-production de Total, souligne qu'« en n'achetant pas au sommet du marché, nous payons 2,5 dollars le baril, un prix d'accès plus intéressant que celui payé par nos concurrents. Par ailleurs, ce projet est le plus avancé des quatre projets de gaz de charbon transformé en GNL que compte le pays et le partenariat établi avec Santos nous permettra d'étudier avec eux d'autres opportunités en Australie ».L'Australie est bien positionnée pour servir l'Asie-Pacifique, principal marché du GNL. Selon l'Agence internationale de l'énergie, le continent asiatique dans son ensemble a importé 63 % des volumes vendus dans le monde en 2009. La Chine et l'Inde, arrivées récemment sur ce marché, accroissent rapidement leurs capacités de regazéification. Et la vente de GNL en Asie se fait surtout par des contrats long terme dont les prix sont pour l'essentiel indexés sur le pétrole, et souffrent peu des prix actuellement déprimés du gaz. Commercialisé depuis 20 ans aux états-Unis, le gaz de charbon est l'un des trois types de gaz non conventionnels, avec les gaz de schistes et les gaz de réservoirs compacts, dont la production a fortement augmenté ces dernières années. Avec cette opération, Total se renforce dans ce domaine, après l'achat d'actifs de Chesapeake aux états-Unis dans le gaz de schiste. O. H.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :