La tension monte autour des palmiers à huile, pénalisés par El Niño

Approfondissant son accord avec Bursa Malaysia, le CME (ex-Chicago Mercantile Exchange) lancera en mai le premier contrat sur l'huile de palme en dollars. Un produit qui vient confirmer l'intérêt de l'industrie et des investisseurs pour cette matière première. à Kuala Lumpur, les volumes d'échange ont progressé de 33 % en 2009 avec 4 millions de contrats échangés, alors que les cours bondissaient de 60 %. à la fois huile alimentaire et énergie, l'huile de palme présente une alternative à l'huile de soja pour la cuisine, et peut également être transformée en biodiesel. Sa principale place d'échange est la Malaisie, premier pays producteur avec plus de la moitié de l'offre mondiale.risque accentuéMais avec l'introduction de contrats cotés au CME, l'huile de palme devient une nouvelle cible. Pour les industriels a priori, qui pourront arbitrer entre les cours de l'huile de soja, également cotée aux Etats-Unis, et de l'huile de palme. Mais aussi pour les investisseurs, qui n'avaient pas jusqu'alors accès au marché.Le risque que la spéculation s'empare de l'huile de palme est accentuée par El Niño. Le phénomène climatique qui dérègle les précipitations sur l'Asie du Sud-Est et l'Amérique latine notamment, a eu un effet négatif sur la production. La raréfaction de l'eau en Malaisie et en Indonésie a pénalisé les rendemenets des palmiers ces derniers mois. En février, la récolte a chuté de 12 % à 1,16 million de tonnes en Malaisie. Et sur l'année, les prévisions de production initiales, soit 17,8 millions de tonnes, ne seront pas atteintes : les dernières estimations du gouvernement indonésien font plutôt état de 17,2 millions de tonnes d'huile. Même son de cloche en Indonésie, où les exportations ralentissent : elles ont chuté de 15 % à 1,2 million de tonnes en février. «?L'offre ne parvient pas à suivre la demande??», résumait hier Chris de Lavigne, vice-président de Frost & Sullivan, lors d'une conférence sur l'huile de palme organisée à Kuala Lumpur. Le spécialiste anticipe une progression des cours jusqu'à 3.500 ringgits la tonne, contre 2.662 ringgits la tonne mercredi. Aline Robert

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.