La montée des inégalités, cause profonde de la crise financière

 |   |  366  mots
STRONG>En quoi la crise financière et la montée ?des inégalités ont-elles eu, aux États-Unis, partie liée ? D'un côté, les riches sont devenus de plus en plus riches, et ils se sont trouvés à la recherche d'opportunités de placements, de nouveaux actifs. À l'autre bout de l'échelle, les moins aisés ont eu besoin de s'endetter pour continuer à consommer. Les deux catégories se sont donc trouvé un intérêt commun. Les riches avaient besoin que l'économie continue à croître et, donc, que la consommation augmente de façon continue. Si la consommation s'arrête, le risque existe d'une suraccumulation du capital, au sens marxiste du terme. Quant aux « pauvres », ils voulaient maintenir leur niveau de consommation alors que leurs revenus réels baissent. Ils ont donc recours à l'endettement. S'est donc mis en place un processus de recyclage, l'argent des riches finançant la consommation des pauvres, mais en leur imposant de s'endetter. Les gouvernements ont laissé faire, car ils voulaient permettre aux pauvres de maintenir leurs moyens de consommer, faute de quoi ils auraient pu se retourner contre l'État.Peut-on dire que les plus fortunés, par leurs poids croissant, ont pu influer les politiques, poussant à la dérégulation financière ?En fait, il faut remonter plus loin. La montée des inégalités, dans les années 1980, a été liée à une série de dérégulations. Les gouvernements américains ont contribué alors à la perte de pouvoir syndical, ce qui a pesé sur les salaires. Dans un deuxième temps, est apparue la nécessité du recyclage financier. Ce qui est clair, c'est que la montée des inégalités a été la cause profonde de la crise financière.Comment sortira-t-on de cette situation ?Par une réduction des inégalités. Mais la tâche est difficile. La pression est forte, contre toute limitation des hauts revenus. Obama n'a pas vraiment remis en cause les « tax cuts » de George Bush qu'il voulait, initialement, revoir. Les salariés pauvres devront adapter leur consommation à la réalité de leurs revenus. Il est donc possible que des tensions sociales apparaissent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :