Sortie de crise à la grecque  : trois banques en une

 |   |  201  mots
Georges Papaconstantinou estimait mercredi soir que la Grèce avait « besoin de banques moins nombreuses et plus fortes ».Dès jeudi matin, la banque Piraeus annonçait son intention d'acquérir auprès de l'État 77 % de ATEBank (banque agricole)et 33 % de TT (banque postale). Le tout, pour un montant global de 701 millions d'euros.Cotations en forte hausseAprès une suspension de cotation dans la matinée, les investisseurs ont pu marquer leur appréciation du projet et les trois banques ont clôturé en forte hausse (+ 13 % pour Piraeus).Le nouveau groupe, qui pourra être formé une fois que le ministère des Finances grec aura donné son aval, sera la première banque hellénique en termes de prêts et de dépôts, tandis que les synergies résultant de la fusion sont évaluées à 300 millions d'euros par an.Il est très probable que le gouvernement grec soutiendra ce rapprochement, notamment parce qu'il compte sur la vente de 1 milliard d'euros d'actifs par an. Mais aussi parce que la relance des fusions et acquisitions dans le secteur bancaire grec permettra l'émergence de nouveaux groupes fortement capitalisés... et réussissant les stress-tests européens?! P.-E. L .

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :