L'Inde s'attaque en priorité à sa crise de liquidité bancaire

 |   |  293  mots
Confrontée à la nécessité de contenir l'inflation, sans nuire à la croissance économique, l'Inde a cette fois opté pour le stau quo de sa politique monétaire, préférant se concentrer jeudi sur l'injection de liquidités dans le système bancaire. La Banque centrale indienne a annoncé que le taux repo, celui auquel elle prête aux banques commerciales, restait à 6,25 % tandis que le taux reverse repo, celui que les banques reçoivent quand elles placent leurs avoirs à la banque centrale, serait maintenu à 5,25 %. InflationCe statu quo relativement prévisible après la publication des chiffres de l'inflation de novembre à 7,48 % - soit leur plus bas niveau sur un an -, risque cependant de n'être que temporaire. « Même si l'inflation a diminué, elle reste significativement au-dessus du niveau de confort de la Banque centrale », a en effet prévenu le gouverneur Duvvuri Subbarao, précisant que ce seuil se situait à 5-6 %. L'institut monétaire a donc saisi l'opportunité de cette relative accalmie de novembre pour se concentrer sur la nécessité de résoudre un problème de liquidité bancaire causé en partie par la vague record de cessions de titres de groupes publics. « Les privatisations se financent en partie avec des emprunts domestiques. Résultat : la demande de liquidité augmente alors que l'offre elle ne suit pas car l'Etat place automatiquement la liquidité à la Banque centrale, hors du système bancaire », explique Edgardo Torija Zane, économiste chez Natixis. Pour rémédier à ce problème, la banque centrale va donc injecter 10,6 milliards de dollars dans le système, tout en faisant passer le ratio des réserves statutaires - mesure des dépôts que les banques commerciales doivent placer dans l'achat de bons du Trésor - de 25 à 24 %. Marjorie Bertouille

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :