À son arrivée à Copenhague, le chef d'État a poussé un coup ...

 |   |  85  mots
À son arrivée à Copenhague, le chef d'État a poussé un coup de colère, estimant que la conférence allait « droit à la catastrophe », et réclamant une réunion des dirigeants de la planète « pour enfin négocier sérieusement sur un texte de compromis ». Un compromis dont Nicolas Sarkozy a esquissé les contours : les 193 pays participants pourraient se mettre d'accord sur un « chapeau politique », tout en se donnant six mois « pour transformer ces engagements politiques en texte juridique ».Nicolas sarkozy, le pragmatique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :