Retraite : la réforme ne profitera pas à toutes les femmes enceintes

 |   |  392  mots
Non, la réforme des retraites votée le 9 novembre 2010 n'aura pas seulement apporté son lot de mauvaises nouvelles pour les travailleurs. Certains coups de pouce ont été octroyés, notamment pour les futures mères de famille. Objectif : combler le fossé de pension existant entre les sexes : en moyenne, les femmes touchent 42 % de moins que les hommes (825 euros en moyenne, contre 1.426 euros dans le secteur privé).Un décret, paru le dimanche 17 avril au Journal Officiel, vient ainsi de préciser les conditions dans lesquelles le congé maternité sera désormais intégré au calcul de la pension de retraite. Qui est concerné ? Les femmes enceintes, bien sûr, mais à la condition sine qua non que le congé maternité ait débuté après le 31 décembre 2011. « On peut regretter que la mesure ne soit pas rétroactive, au moins pour les femmes qui débutent leur congé maternité en 2011 », estime Marc Darnault, associé au cabinet de conseil Optimaretraite.Même si un petit plus est toujours appréciable, cette nouvelle mesure (dont le financement est pris en charge par le Fonds de solidarité vieillesse) ne devrait toutefois pas changer radicalement la donne. D'abord, elle concerne uniquement le régime de base (la future pension versée par la Sécurité Sociale). Les salariées et les cadres, par exemple, continuent déjà d'accumuler des points sur leurs régimes complémentaires (Arrco et/ou Agirc) lors d'un congé maternité, comme en cas d'arrêt de travail.Ensuite, dans le régime de base, le congé maternité était déjà pris en compte dans le calcul des « annuités », c'est-à-dire des trimestres nécessaires à l'obtention d'une retraite sans pénalité (dite « à taux plein »).En réalité, cette nouvelle disposition améliorera seulement le paramètre du « salaire annuel moyen », qui correspond à la moyenne des salaires des 25 meilleures années, limités au plafond annuel de la Sécurité sociale (35.352 euros en 2011). Autant dire que peu de cadres bénéficieront de cette mesure. « De manière plus générale, c'est en fin de carrière que l'on touche ses meilleurs salaires. Alors que les femmes ont plutôt des enfants en début ou milieu de carrière... », résume Marc Darnault. Elle améliorera donc surtout la pension des femmes ayant cessé leur activité pour élever leurs enfants.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :