Tignes, première étape du Mondial

Un par un, les 24 joueurs retenus par Raymond Domenech ont rallié Tignes ce mardi. Cette semaine, ils entament leur préparation au Mondial par un stage d'une dizaine de jours dans la station savoyarde. L'occasion de se rassembler pour faire le point au sortir d'une saison éprouvante. « Cette semaine, on va définir les objectifs avant d'attaquer la suite, résume Domenech. On va retrouver tous les joueurs, les voir et les préparer dans de bonnes conditions. C'est ça l'essentiel de ce stage. » Au coeur du massif alpin, l'équipe de France va rentrer tout doucement dans la compétition. En évitant de tirer sur les organismes. « Ce stage est prévu avant tout pour se retrouver et tenter de créer une ambiance d'équipe, explique Eric Jousselin, le chef du département médical de l'Insep. C'est quelque chose qui va monter en intensité. Ça commence par un rassemblement à Tignes pendant lequel les joueurs vont surtout se détendre. Le staff médical va faire le point avec chacun d'entre eux. L'entrainement va être très individualisé dans un premier temps, en axant avant tout sur la récupération. » remise à niveauà part le défenseur Sébastien Squillaci, qui dispute ce mercredi la finale de la Coupe d'Espagne avec le FC Séville, l'ensemble du groupe sera présent en Rhône-Alpes cette semaine. De quoi cibler au mieux les besoins des uns et des autres. « Le plus important ici c'est l'individuel, confirme Domenech. On a une semaine pour remettre tout le monde au niveau. Le travail collectif viendra plus tard. » Pour leurs premières séances, les Bleus vont devoir composer avec la fraîcheur alpine. « En ce moment, il fait plutôt froid sur Tignes, relève Jousselin. Il est même tombé quelques flocons. Mais ça peut créer une ambiance sympa. De toute façon, l'idée c'est surtout de se retrouver au calme dans un endroit familier. » De ce point de vue, les vice-champions du monde ne vont pas être déçus. La saison hivernale s'est achevée le 10 mai et, mis à part la présence de quelques journalistes, la station va sonner creux durant leur séjour. « On sait qu'ici on a toutes les conditions pour bien travailler, souligne Domenech. Le seul souci en altitude, c'est le temps. à l'Euro 2008, la météo nous a un peu perturbés. C'était une de nos interrogations. C'est pour ça qu'on a attendu le dernier moment pour venir. » Depuis 1998, les Bleus ont pris l'habitude de poser leurs valises à Tignes avant les grandes échéances. A 2.100 m d'altitude, la station propose des conditions similaires à celles qu'ils vont retrouver sur les terrains d'Afrique du Sud. « Certaines rencontres vont se passer en altitude. Si on veut avoir des résultats performants au-dessus de 1.800 m, 2.000 m d'altitude, on a intérêt à s'y préparer avant, assure Jousselin. Il y a plusieurs façons de le faire. L'encadrement des Bleus a choisi un programme court pour s'y adapter. C'est son choix. Le résultat final dira si c'était le bon. » 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.