Flop à Copenhague

 |   |  166  mots
L'accord de Copenhague ne fera sans doute pas date. Il ne fixe aucun objectif contraignant de réduction des émissions de CO2 mais il reconnaît la nécessité de limiter la hausse de la température moyenne à 2 °C. Ces dix jours de négociations ont confirmé la montée en puissance des grandes économies émergentes, comme la Chine, et la faible marge de man?uvre du président américain, Barack Obama. Mais la grande confusion des débats a suscité une sévère mise en cause de l'ONU et de son mode de fonctionnement. Les pays du Sud se sentent floués par l'accord, malgré le principe retenu d'une aide de 100 milliards de dollars par an d'ici à 2020. Les négociations doivent reprendre l'an prochain dans le cadre de la préparation du prochain sommet de l'ONU à Mexico à la fin 2010. Pages 3 et 12Voir aussi notre supplément sur l'après Copenhague et l'éditorial d'erik izraelewicz. fin du sommet sur le réchauffement climatique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :