L'assemblée générale de Luxalpha n'a rien dévoilé

 |   |  397  mots
ffaire madoffVendredi 18 décembre se tenait à Luxembourg l'assemblée générale (AG) de la Sicav « madoffée » Luxalpha. À cette occasion, les liquidateurs du fonds, Alain Rukavina et Paul Laplume, ont déclaré qu'ils allaient assigner quatorze parties. Parmi elles, UBS AG, UBS Luxembourg, UBS Fund Services Luxembourg et Ernst & Young. Mais aussi Access International Advisors, les membres (personnes physiques) du conseil d'administration de Luxalpha et la CSSF (Commission de surveillance du secteur financier du Luxembourg) tout en affirmant n'avoir, à ce stade de l'enquête, aucun élément permettant de mettre en cause le régulateur luxembourgeois. Les liquidateurs ont aussi demandé la condamnation des différentes parties à payer 1,3 milliard de dollars, soit les encours de Luxalpha à la dernière valeur liquidative calculée le 17 novembre 2008. Mais les liquidateurs ont fait une annonce plutôt surprenante : Irving Picard, liquidateur des activités de Madoff aux États-Unis, a demandé aux liquidateurs du fonds européen que lui soient livrés, au plus tard le 29 décembre 2009, les documents du dossier Luxalpha. Il les obtiendra sûrement au grand regret des actionnaires de Luxalpha qui les demandent depuis de longs mois et qui se sont vu signifier, à chaque fois, une fin de non-recevoir. Par cette demande, Irving Picard cherche à savoir ce que les liquidateurs pourraient récupérer et ainsi en espérer une partie ou la totalité. irrégularitésEn revanche, aucune référence à la double fonction gérant-dépositaire (interdite en Europe) de Madoff n'a été faite à l'AG. Cela est étrange puisque, à l'AG de Luxinvest, autre fonds « madoff頻, ces mêmes liquidateurs l'ont reconnue. De plus, messieurs Rukavina et Laplume, en tant que représentants des actionnaires de la Sicav, n'ont pris aucune position sur les responsabilités des différentes parties, à la grande déception de nombreux avocats représentant leurs clients floués. Enfin, si l'AG s'est bien déroulée, des irrégularités ont été « constatées ». Ainsi, au moment de signer la feuille de présence, certains avocats ont constaté qu'ils étaient inscrits comme intermédiaire financier mais aussi actionnaire du fonds ce qui permettait de ne pas les reconnaître. Mais la présence d'un huissier a permis de rectifier le tir. Cela en dit long sur les pratiques au Luxembourg? Thierry Serrouyaaucune référence à la double fonction gérant dépositaire de Madoff n'a été faite à l'AG.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :