Algérie : les Etats comptent leurs disparus et affichent leur solidarité

 |   |  510  mots
Le bilan devrait encore s\'alourdir. Pour l\'heure, les forces de sécurité algériennes indiquent que 48 otages ont été tués lors de l\'attaque du site gazier de Tiguentourine près d\'In Amenas en Algérie. De leur côté, les Etats étrangers dont des ressortissants étaient présents sur place égrènent le décompte de leurs disparus. Selon un responsable nippon neuf Japonais auraient trouvé la mort. A Londres, le Premier ministre David Cameron a confirmé le décès de trois ressortissants. En outre, 5 employés norvégiens de la compagnie Statoil -qui co-gère le site d\'exploitation attaqué- manqueraient à l\'appel, de même que deux ressortissants de Malaisie et deux Roumains. La France, les Etats-Unis, la Colombie et l\'Algérie ont tous confirmé la mort de l\'un de leurs expatriés pris en otage. Les autorités algériennes avaient par ailleurs parlé de 107 expatriés et 685 Algériens libérés.Chantage sur le MaliCôté assaillants, 32 djihaidstes \"de six nationalités différentes\" auraient été tués lors de l\'assaut de l\'armée démarré jeudi selon le bilan provisoire officiel. Mokhtar Belmokhtar, qui se dit membre d\'Al-Qaïda a revendiqué cette attaque dans une vidéo diffusée dimanche sur un site d\'information mauritanien. Il dit être \"prêt à négocier si la France met fin à ses raids aériens sur le Mali\". Mais une telle perspective apparaît d\'autant moins probable que les colonnes de soldats français continuent leur progression dans le Nord du pays et qu\'une mission internationale de soutien au Mali (Missma), avec des membres de la Communauté économique des Etats d\'Afrique de l\'Ouest a été lancée. Cette dernière a d\'ailleurs demandé samedi l\'appui logistique et financier de l\'Onu et plusieurs pays ont proposé leur aide.Soutien diplomatique à AlgerSur le plan diplomatique, un large consensus était également de mise à l\'égard d\'Alger. A part le gouvernement japonais qui n\'a pas caché son irritation sur le fait de ne pas avoir été averti de la riposte préparée par l\'armée algérienne, les principaux Etats qui comptaient des ressortissants parmi les otages ont soutenu l\'assaut mené par l\'armée algérienne. François Hollande a ainsi estimé dès samedi que l\'Algérie avait eu \"les réponses adaptées\" à la situation. De concert, le président américain Barack Obama et le Premier ministre britannique David Cameron a attribué la responsabilité de la morts des otages aux \"terroristes qui ont lancé cette attaque\". Le chef du gouvernement britannique a en outre demandé une \"réponse globale\" à ce qu\'il a décrit comme une \"menace globale\". A plus court terme, la Maison-Blanche a offert son soutien à l\'équipe de son homologue Abdelaziz Bouteflika. Toutefois, pour le moment, Alger affirme ne pas avoir besoin d\'aide extérieure pour assurer la sécurité de ses exploitations.(avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :