La malédiction de « la princesse de l'Altaï »

 |   |  116  mots
Après la découverte en 1993, de la momie dans un tertre funéraire scythe, les habitants de l'Altaï ont vu d'un très mauvais oeil le transfert de « leur » princesse à Novossibirsk. Après le départ de celle que les chamanes considèrent comme la protectrice des hauts-plateaux d'Oukok, les catastrophes naturelles se seraient multipliées dans la région. Convaincues que la malédiction ne pourra prendre fin qu'à son retour sur leurs terres, les autorités locales réclament le corps de la princesse. La République de l'Altaï a consacré 271 millions pour ériger un musée capable de recevoir cette jeune fille de haute lignée « âgée » de 2.500 ans. En vain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :