1957, 100.000 morts

 |   |  1459  mots
Parti de Chine en février - d'où son nom -, le virus mortel parcourt alors Hong Kong, Taiwan, Singapour et Bornéo, atteint ensuite l'Australie et l'Amérique du Nord avant de frapper l'Europe au début de l'été, en même temps que l'Afrique et l'Amérique.
Parti de Chine en février - d'où son nom -, le virus mortel parcourt alors Hong Kong, Taiwan, Singapour et Bornéo, atteint ensuite l'Australie et l'Amérique du Nord avant de frapper l'Europe au début de l'été, en même temps que l'Afrique et l'Amérique. (Crédits : DR)
Il y a 52 ans, le monde vivait sa première pandémie de l'ère moderne. Appelée la grippe asiatique, elle fit 2 à 3 millions de morts dans le monde, dont 100.000 en France.

Un Français sur cinq a la grippe. Les hôpitaux sont submergés. Les médecins doivent travailler jour et nuit. La majorité des victimes sont des adolescents. Scénario catastrophe la grippe A ? Non, informations parues dans "Le Journal du dimanche", daté du 13 octobre 1957. Il y a cinquante-deux ans presque jour pour jour, la France était touchée par une vague de grippe sans précédent. Appelée « grippe asiatique », elle restera dans les annales comme la première pandémie grippale de l'ère moderne. Aujourd'hui oubliée de tous, y compris de ceux qui l'ont vécue, elle fit 2 à 3 millions de morts dans le monde, dont 100.000 dans l'Hexagone (voir encadré ci-dessous). Vingt à trente fois plus qu'une grippe saisonnière classique.

Un virus parti de Chine

Parti de Chine en février - d'où son nom -, le virus mortel parcourt alors Hong Kong, Taiwan, Singapour et Bornéo, atteint ensuite l'Australie et l'Amérique du Nord avant de frapper l'Europe au début de l'été, en même temps que l'Afrique et l'Amérique. "La propagation a beau être moins rapide que celle du H1N1 aujourd'hui, elle se fait très vite : il faut six mois au virus pour boucler son tour du monde", remarque le virologue Claude Hannoun (1). L'été, peu propice au développement des virus grippaux, se passe sereinement. Mais les choses s'emballent à la rentrée.

"Il est intéressant d'observer l'évolution des médias de l'époque", note Luc Hessel, directeur des affaires médicales et publiques chez Sanofi-Pasteur MSD, spécialiste des politiques de vaccination. En juin 1957, le secrétariat d'État à la Santé publique affirme que "l'épidémie de grippe asiatique ne justifie pas d'inquiétude particulière". La presse se veut donc rassurante. "La maladie n'a rien d'alarmant jusqu'à présent", assure "Le Figaro". Les victimes signalées à l'étranger - 100.000 cas aux États-Unis, cinq enfants victimes de la maladie au Royaume-Uni -, n'émeuvent guère. Mais, dès la rentrée scolaire, le ton change. Fin septembre, "Le Figaro" donne la parole au Dr Peretti. Ce conseiller municipal parisien souhaite "renvoyer à une date ultérieure la rentrée scolaire, l'école étant un foyer de contamination par excellence". Il ne sera guère écouté.

Pneumonies virales primitives

Soixante ans après la mort de Pasteur, on ne doute pas des pouvoirs de la médecine. À l'époque, les antibiotiques sont présentés comme une riposte très efficace aux surinfections bactériennes, complications classiques de la grippe. Le professeur Étienne Chabrol explique dans "Le Figaro" du 9 octobre que "la riposte par les antibiotiques nous trouve mieux armés qu'à l'époque de la grippe espagnole". Mais le nouveau virus se caractérise par une forte contagiosité. "Trouvant devant lui une population dépourvue d'immunité préalable, il atteint un grand nombre de sujets à l'exception de ceux âgés de plus de 70 ans, qui semblaient plus résistants [on comprendra plus tard que ces derniers possèdent la mémoire immunitaire d'un virus similaire, datant vraisemblablement de 1889-1890, Ndlr]".

Les nombreux cas sévères étaient des pneumonies virales primitives, sans complications bactériennes, mais une maladie chronique sous-jacente était souvent présente. Le virus "était également grave pour la femme enceinte au cours du troisième trimestre de grossesse", rapportent Pierre Saliou et deux autres experts dans leur ouvrage « la Grippe en face » (2). "Deux caractéristiques distinguent la pandémie de la simple épidémie : une vaste extension géographique et un virus nouveau face à laquelle la population est en majorité naïve, c'est-à-dire dépourvue d'anticorps", ajoute l'historien de la santé Patrick Zylberman.

Un vaccin ?

Les scientifiques, pourtant, s'accrochent à une autre découverte de l'après-guerre : le vaccin. "Dix ans plus tôt, en 1947, on a isolé la première souche du virus à l'Institut Pasteur, premier laboratoire français jamais consacré aux recherches sur la grippe, indique Claude Hannoun. Mais les méthodes restent très artisanales et le processus, semi-industriel. Deux laboratoires, Pasteur et Mérieux, possèdent des vaccins à peu près équivalents. Pourtant, il n'y a pas de politique de vaccination : on administre le vaccin à quelques dizaines de milliers de personnes, surtout âgées". Soit, justement, la population la mieux immunisée. De plus, "les vaccins contre la grippe sont moins efficaces que ceux contre la polio, la rougeole, les oreillons ou la variole, soit parce que le virus de la grippe est très instable, soit parce que les vaccins eux-mêmes ne sont pas bien adaptés", rapporte Patrick Zylberman.

Pendant ce temps, la pandémie poursuit son avancée dans l'Hexagone. Le pic survient à l'automne 1957. Présente dans le Nord et l'Est (Moselle), la vague grippale s'intensifie brusquement dans la seconde quinzaine d'octobre, entraînant son lot de désorganisations. "L'offensive de la grippe se développe", titre alors "Le Journal du dimanche" du 13 octobre, mentionnant pêle-mêle les "administrations fonctionnant au ralenti" et les "usines à demi-effectifs". Quelques jours après la rentrée scolaire - à l'époque, elle a lieu début octobre -, 30 % des écoliers français sont grippés. Le traitement médiatique reste parfois bon enfant : dans "France-Soir", un pharmacien de la capitale estime qu'"au fond, les Parisiens sont contents de l'avoir eux aussi", cette grippe.

Les stocks de médicaments s'épuisent vite

Mais la tension monte. Dans les pharmacies, "les malades imaginaires épuisent les stocks de médicaments" (principalement aspirine et vitamine C) note "Le JDD". Le 14 octobre, "Le Figaro" signale "l'ouverture prochaine de centres de vaccination" à Paris. L'Institut Pasteur annonce que "le vaccin sera délivré avant dix jours aux populations prioritaires", en l'occurrence les médecins et les pharmaciens. La réalité sera tout autre. "Il n'y a pas assez de doses vaccinales et elles arrivent trop tard. La moitié d'entre elles ne seront disponibles qu'après le pic de l'épidémie", indique Patrick Zylberman. Dans l'opinion, l'agacement est à son comble. "Le ministère de la Santé a-t-il du vaccin contre la grippe ?", s'interroge "Le Figaro" le 25 octobre, qui assène : "Nous sommes en pleine épidémie de grippe asiatique et personne ou presque n'a été vacciné".

 En fait, la complexité du virus a eu raison du savoir de l'époque. « La pandémie de 1957 est un mauvais coup pour les scientifiques ! » plaisante Claude Hannoun. Le virus est radicalement différent de ses prédécesseurs, et notamment de la fameuse « grippe espagnole », un H1N1. Or le virus de 1957 est un H2N2. Les chercheurs le comprendront trop tard. « Le vaccin ne fonctionnait pas car il n'était tout simplement pas adapté au nouveau virus. Un peu comme si, aujourd'hui, on se vaccinait avec le vaccin contre la grippe saisonnière en pensant se protéger du H1N1 », explique Claude Hannoun. Fin octobre, la chose semble entendue : « L'Institut Pasteur [?] ne disposera que d'une quantité absolument négligeable de vaccins », tranche « Le Monde » du 27-28 octobre, qui souligne que les médecins et les techniciens de Pasteur ont réagi avec « bon sens » : « Ils ont décidé de ne point se faire vacciner ! »

La pandémie s'éteint naturellement

Sans vaccin, ni médicament miracle, la première pandémie moderne s'éteint naturellement. "Les vagues de pandémies finissent toujours par s'atténuer spontanément", souligne Luc Hessel. "Les répliques ont été de moins en moins importantes d'année en année, au fur et à mesure que l'immunité augmentait dans la population. On estime qu'à l'hiver 1957-1958, 20 % des Français ont été malades, donc immunisés, auxquels il convient d'ajouter 5 % de porteurs sains, qui ont attrapé le virus sans le savoir. Petit à petit, celui-ci est devenu saisonnier", note Claude Hannoun. "Le virus de la grippe est un virus voyou : il s'échappe en mutant de manière marginale, par un phénomène de dérive génétique, indique Luc Hessel. Un peu comme s'il changeait de manteau chaque hiver".

Durant l'hiver 1957-1958, ce changement de garde-robe aura fait 9 millions de malades et 100.000 morts en France. Il faudra attendre près de dix ans et la seconde pandémie grippale mondiale de l'ère moderne pour que ce virus H2N2 soit supplanté par un troisième, le H3N2.

(1) Auteur de « La grippe, ennemi intime », éditions Balland.

(2) « La grippe en face », Yves Buisson, Elisabeth Nicand et Pierre Saliou, éditions Xavier Montauban.

ENCADRE

La pandémie de 1957 est de type H2N2, et non H1N1. Les scientifiques de l'époque le comprendront trop tard pour élaborer un vaccin efficace. Au cours de l'année 1957-1958, le virus de type H2N2 tue 2 à 3 millions de personnes dans le monde. Neuf millions de Français contractent la maladie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2020 à 22:46 :
J'ai eu cette grippe en 1957 à l'age de 12 ans . J'avais 40 de fièvre et était pensionnaire dans un lycée où il y eut un décés . Je n'ai aucun souvenir de cette maladie si ce n'est mon réveil très affaibli après une dizaine de jours de fièvre . Jusqu à ce jour je ne pensais pas qu'il y avait eu autant de victimes. il faut dire qu'il n'y avait pas la même mediatisation qu'aujourd'hui.
a écrit le 27/03/2020 à 20:46 :
1957 j'avais 7 ans et j'ai été malade avec de la fièvre + 40 pendant plusieurs jours ! et je m'en souviens !
1968 - 18 ans j'ai eu une petite grippe mais elle avait vidée les écoles.
J'ai entendu un professeur dire que dans ce temps là les pays commandaient des cercueils; Pas de mondialisation , très peu de médias ......
a écrit le 26/03/2020 à 11:07 :
il semblerait que ce n'est pas environ à chaque siècle qu'il y a une pandemie de virus gripal mais tout le 10 ans un truc grave survient.
il apparait aussi qu'à chaque fois cela vient d'asie. pourquoi? que ce passe t-il la bas, ils font l'élevage de tout apparemment et notamment des virus!!!
a écrit le 19/03/2020 à 10:31 :
Je me rappelle de la grippe dite asiatique en 1957 (types H2N2 ET H3N2)
J'était à l'armé à la caserne de la Part Dieu à Lyon, nous avons été confinés dans nos quartiers.
Il y a eu plusieurs morts dans la caserne, et 100000 en France.
Les journalistes actuels devraient rappeler cette période, mais ils n'étaient pas né.
a écrit le 19/03/2020 à 10:30 :
Je me rappelle de la grippe dite asiatique en 1957 (types H2N2 ET H3N2)
J'était à l'armé à la caserne de la Part Dieu à Lyon, nous avons été confinés dans nos quartiers.
Il y a eu plusieurs morts dans la caserne, et 100000 en France.
Les journalistes actuels devraient rappeler cette période, mais ils n'étaient pas né.
a écrit le 17/03/2020 à 15:54 :
Je me souviens bien de cette grippe. J'avais neuf ans et à la maison ma grand-mère mes parents, mon frère étaient grippés mais pas moi !
On m'envoyait faire les courses avec une liste faite par ma mère au lit !
Je ne saurai jamais pourquoi dans un tel environnement j'ai échappé à la grippe ! (je suis une femme)
a écrit le 13/03/2020 à 17:37 :
En effet, mon épouse et moi-même, 23 et 27 ans, avons eu cette grippe asiatique,
durant l'automne 1957. Très forte fièvre, toux alarmante, sueurs abondantes.
Je ne me souviens pas du traitement appliqué; il était sommaire, s'il fut prescrit.
Nous sommes restés confinés.
Dans la semaine cette grippe fut dominée.
Réponse de le 17/03/2020 à 2:56 :
Quand on pose la question au gens personne semble se souvenir de cette pandémie en 1957 ,pas un journaliste en parle les français on la memoire courte
Réponse de le 21/03/2020 à 16:52 :
Aspirine, je me souviens je saignais enormement du nez, enfant de 9 ans a l epoque j avais peur de ces saignements qui n arretait pas, le medecin avait dit a ma mere"tant qu il ne remplit pas un verre!!" Croyez que mes yeux scrutaient avec effroi le niveau du verre

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :