Les réseaux sociaux explosent sur le Net

Le chiffre est vertigineux. Chaque jour, les utilisateurs envoient sur Twitter 50 millions de « tweets », ces gazouillis de 140 signes. En trois ans, Twitter est passé de l'ombre à la lumière. Il est sorti du monde des initiés en diffusant les premières photos, les premières informations des tremblements de terre de Chengdu en Chine en mai 2008 ou des attentats de Bombay en novembre de la même année. Sur le blog du site de minimessages, Kevin Weil, un des responsables de la société, se félicite : « En 2007, nous avions 5.000 ?tweets? par jour en moyenne. En 2008, ce chiffre est passé à 300.000, puis à 2,5 millions en 2009. »Même le dalaï-lama communique avec le monde sur Twitter. Récemment, Facebook a dépassé le nombre de 400 millions d'utilisateurs. Les réseaux sociaux - les sites Internet où intervient l'internaute - sont au coeur de la vie numérique. À l'origine, le réseau social est le blog, ce journal intime sur le Web, popularisé par MySpace aux États-Unis et Skyblog en France. Mais, très vite, les deux plates-formes ont atteint des plafonds. Et aujourd'hui, les audiences dégringolent. MySpace comptait en janvier 119 millions de visiteurs uniques, soit 10 millions de moins qu'un an avant, selon Comscore. Skyblog a perdu 9 % de son audience. Un phénomène qui s'explique par un retard en matière de technologie mais aussi parce que la tenue d'un blog, qui requiert une mise à jour régulière, est très contraignante et ne correspond pas au besoin de l'individu.tout en unSur Facebook, l'internaute publie du contenu, des photos, des vidéos, entretient des relations avec son réseau, fait des rencontres personnelles ou professionnelles, s'informe, se divertit. D'où une croissance exponentielle du site et une démocratisation de l'outil. « En France, nous avons 15 millions d'utilisateurs actifs, qui se connectent une fois par mois au site. La moitié d'entre eux se connecte tous les jours. Notre coeur de cible, ce sont les 18 à 34 ans. En 2008-2009, nous avons vu arriver les 13-17 ans grâce à la traduction du site en français. Maintenant, ce sont les 35 ans et plus », indique Damien Vincent, patron de Facebook France.Même si Twitter est le gros phénomène médiatique du moment, son utilisation reste en France l'apanage d'un cercle restreint d'initiés (journalistes, politiques, technophiles). Aux États-Unis, il y avait en janvier 19 millions d'utilisateurs de Twitter contre 339 millions pour Facebook. Et en France, seuls 9 % des internautes ayant entendu parler de Twitter créent un compte, selon une étude Ifop de novembre pour l'Atelier BNP Paribas.À première vue, Twitter, réseau ouvert mais dont la découverte et l'utilisation sont arides, est très différent de Facebook. Pour autant, les internautes y cherchent souvent la même chose. Pour 76 % de ses utilisateurs, Twitter sert à « partager avec sa communaut頻, indique l'étude Ifop. En somme, comme sur Facebook, qui voit bien le danger. Dans la Silicon Valley, Twitter est d'ailleurs l'obsession de Mark Zuckerberg. Signe que Twitter et Facebook sont des lames de fond sur le Net, Google tremble sur ses bases. Le moteur a lancé Google Buzz, des applications similaires à celles des réseaux sociaux et a accepté de payer aussi Twitter pour intégrer les « tweets » dans son moteur de recherche. Sa crainte à terme : que l'internaute se passe de ses services sur le Net pour passer uniquement par Facebook ou Twitter.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.