Arkema ne profite pas de ses succès en Chine

 |   |  285  mots
LA VALEUR À SUIVREUne semaine jour pour jour avant son assemblée générale, le chimiste français a annoncé avoir cédé trois licences d'utilisation de ses procédés PVC au chinois Qinghai Salt Late Industry Group. Dans un marché fortement baissier, l'annonce n'a pas profité au titre qui s'est replié de 6,86 %. Cependant, la valeur est encore positive depuis le début de l'année (+ 6,43 %) malgré une chute de 18 % par rapport à son plus haut annuel touché le 13 mai, soit peu de temps après la présentation de ses résultats trimestriels.cessions de licencesA cette occasion, Thierry Le Hénaff, PDG du groupe, a annoncé des chiffres largement supérieurs aux attentes et un bénéfice de 40 millions d'euros contre une perte de 37 millions l'année précédente. Le secteur « chimie industrielle » a progressé de 30% et l'activité « produits de performance » a augmenté de 15 % principalement grâce à une demande soutenue dans l'automobile et les développements en Asie. Celui des « produits vinyliques », dont dépendent les PVC, est resté quasiment stable avec une hausse de 5 % du fait de conditions de marchés encore difficiles.Vigilant sur « l'évolution des conditions du marché qui restent volatiles », le groupe s'est donné comme but de continuer des acquisition ciblées (celle de l'américain Dow Chemical a été finalisée en janvier), de poursuivre le développement de ses polymères haute performance et ses projets en Asie. La cession des 3 licences est donc dans la droite ligne des perspectives, et bien que le montant n'ait pas été rendu public, elle devrait permettre au groupe d'atteindre son objectif « de dégager sur 2010 un Ebidta en hausse très significative par rapport à 2009 ». Jacques Nédellec

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :