Les bons élèves de la recherche public/privé primés

 |   |  311  mots
C'est parti pour la deuxième phase des instituts Carnot. Ce jeudi, la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche a dévoilé le nom des trente-quatre laboratoires de recherche qui ont obtenu le label « institut Carnot 2 » à l'issue de l'appel à candidatures lancé en décembre. Les laboratoires sélectionnés (24 d'entre eux avaient déjà été labellisé « institut Carnot » en 2006) recevront de l'Agence nationale de la recherche environ 60 millions d'euros par an. Ce montant « sera ajusté en fonction du volume de recettes contractuelles » qu'ils réaliseront, précise le ministère.De fait, destiné à favoriser la recherche partenariale, le label « institut Carnot », qui s'inspire des instituts Fraunhofer allemands, est octroyé pour cinq ans aux laboratoires qui développent en commun des travaux de recherche avec « les acteurs socioéconomiques », donc les entreprises. Ce qui explique que le financement qui leur est accordé varie en fonction du volume des recettes tirées des contrats de recherche conclus avec leurs partenaires privés.Les instituts labellisés en 2006, très axés sur les sciences dures et les technologies, ont ainsi pesé 230 millions d'euros de recettes contractuelles avec les entreprises (pour un budget total de 1,5 milliard d'euros et 17.000 chercheurs). Constitués en réseau, ils ont vu leurs revenus issus de la recherche contractuelle progresser de 30 % en quatre ans, souligne le ministère.Appel à projetsLes nouveaux instituts « Carnot 2 », qui couvrent plus de territoires et de nouvelles thématiques, représentent, eux, 25.000 personnels de recherche pour un budget de recherche consolidé de 1,9 milliard d'euros et près de 350 millions d'euros de recettes partenariales « dont 60 millions d'euros avec des PME », précise le ministère. Pour stimuler encore un peu plus la recherche partenariale, et partant l'innovation et la création de valeur en France, les nouveaux instituts « Carnot 2 » pourront concourir à un appel à projets du grand emprunt, doté de 500 millions d'euros. Clarisse Jay

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :