PSA veut échapper à la morosité européenne en misant sur la Chine

 |  | 416 mots
Lecture 2 min.
Avec la plupart des indicateurs à la hausse, le groupe PSA, qui présentait mercredi ses résultats du premier semestre, se veut confiant. « En ordre de marche pour renouer durablement avec la rentabilité », selon son communiqué. Dopé, entre autres, par les ventes mondiales, son chiffre d'affaires consolidé a progressé de 20,8 % par rapport à la même période de 2009, à plus de 28 milliards d'euros. Et le bénéfice net atteint 680 millions d'euros, à comparer à plus de 900 millions de pertes un an plus tôt.Même embellie pour sa division automobile. Son résultat opérationnel courant a atteint 525 millions d'euros. Mais la situation ne restera pas au beau fixe : le contexte économique défavorable devrait avoir un impact négatif sur le second semestre, admet Philippe Varin, le président du groupe. Le résultat de cette division pour l'année 2010 devrait néanmoins être proche de l'équilibre. Si PSA prévoit une baisse de 7 % cette année de son plus important marché, l'Europe (où il a vendu plus de 1 million d'unités durant les six premiers mois de l'année), il escompte en revanche les taux de croissance à deux chiffres en Chine. Au coeur de la stratégie du constructeur, qui a signé récemment un accord de joint-venture avec l'entreprise Chang'an, le pays enregistre la plus forte hausse des ventes de ses véhicules : près de 50 % au cours des six derniers mois. Ce qui représente 176.000 unités vendues, contre 118.000 au premier semestre 2009. Une performance tirée par les nouveaux modèles, comme la Peugeot 408 ou la Citroën C5. Espoirs pour la Peugeot 508Avec Dongfeng, son partenaire traditionnel, PSA fabrique déjà toute une panoplie de modèles et prévoit de sortir la familiale Peugeot 508, un modèle qui doit plaire à la clientèle chinoise comme européenne. La deuxième coentreprise en Chine, dont l'approbation par les autorités est espérée pour 2011, lui permettrait de développer des gammes de véhicules utilitaires légers et de lancer la ligne de luxe DS de Citroën. PSA poursuit ainsi son objectif de réaliser la moitié des ventes sur les marchés non-européens à l'horizon 2015. L'an passé, cette proportion était de 34 %. Un programme d'investissement triannuel, de plusieurs centaines de millions d'euros, est réservé à l'Amérique latine où PSA attend une croissance « significative à un chiffre ». La Bourse s'est inquiétée des perspectives moroses pour le second semestre et le titre Peugeot a clôturé en repli de 4,1 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :