Les élus américains prêts à faire payer le prix fort à la devise chinoise

 |   |  406  mots
Les pressions sur une réévaluation du yuan s'accentuent. Ce mercredi, la Chambre des représentants doit voter l'autorisation donnée aux entreprises américaines de demander l'imposition de taxes sur les produits chinois importés qui leur font directement concurrence. La Chine est en effet accusée de maintenir artificiellement bas la valeur de sa monnaie, offrant ainsi à ses exportateurs un avantage compétitif dans les échanges internationaux. L'enjeu est important, car, selon certains instituts, cela pourrait créer jusqu'à 500.000 emplois sur le sol américain. Toutefois, il faudra attendre la décision du Sénat. Or, cela ne pourra intervenir qu'après le 2 novembre, selon le sénateur démocrate Sherrod Brown, une fois les élections de mi-mandat au Congrès passées. Sans compter également sur le lobbying des entreprises américaines qui opèrent en Chine et alertent les élus sur les conséquences d'un tel vote. Pékin pourrait prendre des mesures de rétorsion à leur endroit, estime Robert Roche, président de la chambre américaine de commerce, à Shanghai.Les États-Unis ne sont cependant pas isolés. L'Union européenne, le Brésil, l'Inde ou encore la Banque mondiale dénoncent une telle manipulation chinoise. Mardi, par la voix de son président, Haruhiko Kuroda, la Banque asiatique de développement (BAD) a appelé, elle aussi, à une plus grande flexibilité des taux de change des devises, en particulier du yuan.Une hausse « insuffisante »La grogne des élus américains remonte à mars, lorsque 130 membres du Congrès - conservateurs et démocrates - ont adressé une lettre au secrétaire d'État au Trésor, Timothy Geithner, le pressant de dénoncer la politique monétaire de Pékin qui, selon eux, sous-évalue le yuan de 25 % à 40 % par rapport au dollar. La Chine rejette ces accusations, rappelant qu'elle a assoupli sa politique depuis la mi-juin. Depuis, le yuan s'est apprécié de 1,9 %, après une parité fixe de 6,83 yuan contre un dollar entre juillet 2008 et la mi-juin 2010. Mais cette hausse a été jugée « insuffisante » par Timothy Geitner. Sur le marché des changes, selon les courbes prévisionnelles (« Forward curve »), la valeur du yuan à douze mois est tombée mardi à un plus-bas de deux mois face au billet vert, à 6,5788, alors qu'il s'échangeait au comptant à 6,6906. Les investisseurs s'attendent à ce que Pékin calme l'appréciation de sa devise pour protéger ses exportations qui ont ralenti ces derniers mois. Robert Jule

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :