La Bourse de Hong Kong séduit de plus en plus

 |   |  448  mots
La crise a bel et bien bouleversé l'ordre mondial en matière d'introductions en Bourse. Après avoir dépassé le Nyse du haut de ses 20 milliards de dollars de fonds levés l'an passé, la Bourse de Hong Kong semble bien partie pour conforter son avance. Les marchés actions asiatiques sont une nouvelle fois parvenus à jouer de leurs charmes pour attirer de nouveaux entrants. Le dernier exemple en date est plutôt éloquent. Il s'agit de L'Occitane, une société de cosmétiques provençale, qui a choisi Hong Kong pour faire son entrée sur les marchés financiers. pas de signe avant-coureurLe comité des cotations de la Bourse chinoise vient de lui donner son feu vert pour lever un montant compris entre 500 et 700 millions de dollars. L'opération est historique dans la mesure où jamais une entreprise française n'avait, jusqu'à aujourd'hui, opté pour une cotation exclusive à l'étranger. Cette décision n'est pas le fruit du hasard. L'Occitane a connu une croissance exponentielle matérialisée par un décuplement de son chiffre d'affaires depuis 2000, reposant essentiellement sur un fort succès commercial en Asie. Au total, le groupe y réalise 40?% de ses facturations qui ont atteint 730 millions de dollars au titre de l'exercice clos le 31 mars 2009. «?Ce dossier est un cas intéressant mais particulier. Il s'agit d'une société dont l'essentiel du développement est porté par l'Asie et pour laquelle une introduction en Bourse sur le marché chinois est synonyme de retombées commerciales importantes?», glisse un banquier. Il serait donc hâtif d'y voir les prémisses d'un désintérêt pour des places boursières européennes au profit des pays émergents. «?Je ne pense pas qu'il s'agisse là du signe avant-coureur d'un mouvement de fonds qui traduirait une volonté de la part de sociétés françaises, voire européennes, d'être cotées uniquement sur les Bourses asiatiques?», estime Franck Sebbag, associé chez Ernst & Young. L'expert rappelle que d'une manière générale les entreprises «?cotent sur leur marché primaire domestique?». Reste que d'autres comme Rusal ou encore Prudential ont également choisi de récolter de l'argent frais auprès de l'empire du Milieu. Car une présence boursière dans cette zone présente au moins l'avantage de se rendre visible auprès d'acteurs aussi bien financiers qu'industriels. Facilitant, par là même, d'éventuelles vélléités de conquête de parts de marché. Et c'est bien là que réside tout l'avantage concurrentiel de la Bourse de Hong Kong par rapport à ses consoeurs occidentales. Du moins tant que la vigueur de la croissance économique chinoise le permettra.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :