Réconcilier l'économie et la société ?

 |   |  284  mots
Copyright Reuters
L'ouvrage de Philippe Naszalyi et de Daniel Bachet, L'autre finance, revisite le concept de finance solidaire et celui d'utilité sociale.

L?existence des banques relève d?une nécessité incontournable pour financer le développement économique et social. La question est de savoir de quelles banques nos sociétés ont vraiment besoin ? Il semble que ce soit la forme de banque que nous avons connue ces dernières années et plus généralement la banque capitaliste qui pose un problème majeur. L?objectif de l'ouvrage de Philippe Naszalyi et de Daniel Bachet, est de montrer que la finalité des banques et des entreprises n?est pas de répondre aux impératifs de la Bourse mais de se mettre au service du développement de l?économie réelle.


Les banques coopératives répondent mieux à cet objectif que les banques classiques car elles n?ont pas comme finalité prioritaire le profit, mais la production de biens et de services communs afin de privilégier les écosystèmes locaux et la consommation responsable.

La finance solidaire est une finance de proximité qui rend possibles des initiatives économiques à forte utilité sociale et qui contribue au développement durable et local. L?ouvrage évalue la portée des formes les plus significatives de « l?autre finance » en soulignant la grande force, mais parfois aussi les faiblesses des expériences concrètes réalisées à ce jour en France et dans le monde (banques coopératives, microcrédit, microfinance, etc.). Cette finance s?appuie sur les valeurs de la démocratie (une personne = une voix) mais aussi sur la patience, le long terme et le risque partagé, c?est-à-dire sur les idées qui créent du lien social et qui aident à vivre mieux.

L'autre finance, Editions du croquant, 2011, 323 p., 22 euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2011 à 15:38 :
Quelles sont les sources de financement pour cette autre finance, dit autrement ou trouve t'on l'argent pour faire du micro crédit ? En taxant encore un peu plus les particuliers et les entreprises ? L'état est exsangue, les marchés ne peuvent pas être sollicité, la démarche de l'auteur est vouée à l'échec et ne répond pas aux besoins de crédit des économies occidentales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :