Les tintinophiles ont rendez-vous à Drouot ce 29 mai

 |   |  536  mots
(Crédits : © Hergé 8211 Moulinsart 2010)
La SVV Piasa et Moulinsart SA, qui gère les produits dérivés de l'oeuvre d'Hergé, organisent conjointement une vente aux enchères à Drouot-Montaigne ce samedi 29 mai. 250 oeuvres originales et certifiées d'Hergé seront proposées... de 7 à 77.000 euros.

Tintin superstar: le marché, centré pour l'heure en France, reconnaît depuis quelques années la bande dessinée comme un art à part entière, soutenu en cela par des collectionneurs nostalgiques de leur jeunesse, de plus en plus nombreux, de plus en plus initiés et de plus en plus aisés, à l'instar de Vincent Bolloré ou Edouard Michel Leclerc. Auxquels se venus s'ajouter quelques spéculateurs qui, à juste titre, estiment qu'une pièce originale de qualité vaut une oeuvre d'un artiste du XXème siècle.

On a ainsi vu au cours des vacations dédiées de plus en plus fréquentes, une couverture de Gaston Lagaffe être adjugée 200.000 euros, un "Blueberry" gouaché de Moebus atteindre 60.000 euros ou une planche du "Rayon U" de E.P.Jabobs être vendue 40.000 euros. Mais le summun reste Tintin: le 29 mars 2008, une encre de Chine et gouache d'une planche de couverture de "Tintin en Amérique" de 1932 a été cédée 764.218 euros et un an plus tard, était adjugé pour 102.935 euros, toujours chez Artcurial "L'Etoile mystérieuse", un album édité en 1943 et connu seulement en trois exemplaires car imprimé alternativement en noir et blanc et en couleurs.

Le 29 mai prochain, à Paris, la SVV Piasa et Moulinsart SA, qui gère les produits dérivés de l'oeuvre d'Hergé, organisent conjointement une vente aux enchères. Le label Moulinsart attire les collectionneurs, car c'est l'antenne commerciale des Studios Hergé gérés par la veuve d'Hergé et son mari, Nick Rodwell. Le montage de la vente est particulier: Moulinsart SA paie l'expert et le catalogue et en partage les bénéfices de la vente avec Piasa. C'est aussi une garantie de sérieux, car un des buts de cette vacation pas comme les autres est de couper court aux multiples contrefaçons qui pullulent notamment sur Internet car les oeuvres d'Hergé sont internationales : fausses dédicaces, albums reconstitués, faux dessins,etc...

Pour certains spécialistes, cette vacation d'une conception non habituelle - une fondation qui organise une vente - sert également à soutenir la cote, déjà élevée, de Tintin et ses compagnons. On note ainsi que le lot le plus prestigieux est une double planche dessinée à l'encre de Chine publiée dans « Le Petit Vingtième » du 27 avril 1939: quelques scènes du "Sceptre d'Ottokar" estimées 250.000 euros. Un crayonné préparatoire pour "L'Affaire Tournesol" devrait partir autour de 100.000 euros. Un exemplaire des "Aventures de Tintin, reporter du "Petit Vingtième" au Congo" de 1931, l'un des 25 exemplaires connus dans les collections privées, portant un tampon "Tintin et Milou" devrait dépasser les 20.000 euros annoncés tout comme la première édition des "Cigares du Pharaon" de 1934 proposée à 25.000 euros. Entre 10 et 15.000 euros, on trouve une édition originale de l' "Etoile mystérieuse" de 1942, du "Crabe au pinces d'or" de 1944 ou une édition aux pages alternées (noir et blanc et couleurs) de "L'oreille cassée". Moins chers sont, notamment une édition originale de 1943 du "Secret de la Licorne" ( 2.000 euros), du "Temple du soleil" de 1949 (1.500 euros), différentes cartes de voeux signées Hergé (1.000 à 2.000 euros), quelques dessins à l'encre de Chine (1.500 à 4.000 euros), calendriers, affiches ou objets (800 à 1.500 euros).

29 mai, Drouot Montaigne, renseignements: www.piasa-auction.fr

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :