Sauver le FC Sochaux ? Pour PSA, c'est non

 |   |  526  mots
(Crédits : Christian Hartmann)
Le constructeur automobile PSA a décliné l'appel à l'aide lancé pour sauver financièrement le FC Sochaux, club de football qu'il a créé en 1928, dans une lettre signée par son président, Carlos Tavares, publiée mardi par France Bleu Belfort-Montbéliard.+

Fin de non recevoir pour le FC Sochaux. En dépit de leur relations particulières, le constructeur automobile PSA a refusé d'aider financièrement le club de football qu'il a lui même crée en 1928 avant de le revendre en 2015 au groupe chinois Ledus. Une décision scellée par le PDG de PSA Carlos Tavares dans ans un courrier du 1er juillet adressé au sénateur-maire de Montbéliard Louis Souvet et à l'ancien président du FC Sochaux- Montbéliard (FCSM), Jean-Claude Plessis."Le groupe PSA a consacré tous ses efforts à son redressement économique et est aujourd'hui engagé dans une transformation sans équivalent dans sa longue histoire", a écrit Carlos Tavarès, le PDG du groupe automobile,

"Dans ces circonstances particulièrement exigeantes et dans un contexte concurrentiel exacerbé, le management du groupe doit consacrer l'intégralité de ses efforts et de son temps à l'entreprise", estime le président de PSA. Fin juin, M. Plessis et des élus locaux avaient demandé à M. Tavares "solennellement de nous aider à sauver le FCSM et son centre de formation en vous réengageant à leurs côtés".

 "Nous ne pourrons donner suite à vos sollicitations"

"Nous pensons que l'entreprise que vous avez l'honneur de diriger, qui a créé le club de football en 1928 et l'a fait vivre pendant près de 90 ans, a aujourd'hui le devoir moral de porter secours à notre région mise en difficulté par l'hypothèse de la liquidation de ce symbole qu'est le FCSM", avaient-ils écrit. Lundi, le FCSM, rétrogradé dans un premier temps en National 1, a été finalement maintenu en Ligue 2 en appel par le gendarme financier du football français (DNCG). "Une mesure d'encadrement de la masse salariale et des indemnités de mutations (transferts) budgétées au titre de la saison 2019-2020" lui a néanmoins été imposée, selon la Fédération française de football (FFF).

Depuis plusieurs mois, le FC Sochaux -plus vieux club français en exercice- est en butte aux difficultés financières et connaît de graves problèmes de gouvernance. L'ancien président du FCSM, l'homme d'affaires hongkongais Li Wing Sang, a été récemment déclaré en faillite personnelle et contraint de céder les rênes de Tech Pro Technology, société qui avait racheté en 2015 le club à Peugeot. Remplacé le 3 mai par Frédéric Dong Bo, il continue néanmoins à se présenter comme "general manager", ce que la direction conteste.

"Il n'existe pas au sein de l'équipe de direction du groupe de personnes ayant une expérience du monde du football, alors même que dans la situation que vous décrivez le FCSM a particulièrement besoin d'une équipe de dirigeants expérimentés et aguerris, issus du monde du football", argumente M. Tavares dans sa lettre aux élus locaux et à l'ex-président. "Pour ces raisons, vous comprendrez que nous ne pourrons donner suite à vos sollicitations", conclut M. Tavares. Interrogée par l'AFP, la direction de la communication de PSA n'a pas souhaité commenter ce courrier. Le plus vieux club de France avait terminé la dernière saison de Ligue 2 en 16e position.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2019 à 23:37 :
"Depuis plusieurs mois, le FC Sochaux -plus vieux club français en exercice- est en butte aux difficultés financières et connaît de graves problèmes de gouvernance."

Les problèmes de gouvernance sont décrits dans l'article, mais quid des problèmes financiers ? D'où proviennent-ils, et à combien s'élèvent le manque à gagner ? En outre, quel est le plan de sortie de crise du Management (ce qu'il en reste) ?

Si le plan est solide, les investisseurs viendront. S'il est plus hasardeux, un financement participatif peut se tenter (en capital, obligation ou contreparties).
a écrit le 10/07/2019 à 20:09 :
on ne peut pas à la fois virer Total des sponsors des JO de Paris sous prétexte que leur activité de producteur de carburant pollue, ... et en même temps demander au producteur de machines de consommation de carburant, en l'occurrence Peugeot, de participer au financement sportif !!!
a écrit le 10/07/2019 à 16:07 :
excellent initiative. PSA n a pas a engloutir d argent dans un club de foot. Ils puevent maintenant demander de l argent a nanard. Il vient d etre blanchi, il a recu 400 millions de l Etat et sais comment faire gagner une Equipe de foot (bon acheter les joueurs d en face c est pas reglo mais au moins c est efficace)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :