Taxe carbone : ce que nous dirons au président de la république

 |   |  668  mots
Nicolas Sarkozy doit rendre les derniers arbitrages sur la création de la taxe carbone d'ici ce week-end. Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, et Jean-Paul Besset, député européen, qui seront reçus aujourd'hui à l'Elysée, réitèrent leur demande d'une restitution intégrale de la taxe sous forme de "chèques verts", en prenant en compte les disparités de revenus et de transports, d'éloignements domicile-travail.

Le dérèglement climatique n'est pas une menace lointaine. Dès aujourd'hui, à coups de sécheresses, inondations, tempêtes, incendies, il frappe des millions de personnes, pour la plupart les plus fragiles. En cause : nos consommations d'énergie, émettrices de gaz à effet de serre (GES). Voilà pourquoi l'instauration d'une contribution climat-énergie est nécessaire en France, en Europe et à l'échelle de la planète. La fiscalité peut être un outil puissant de réorientation écologique de l'économie ; la contribution climat-énergie - ou "taxe carbone" - en est l'un des éléments fondamentaux. Pour être socialement juste et écologiquement efficace, elle doit remplir plusieurs conditions.

D'abord, son taux doit être élevé et sa hausse progressive annoncée, pour inciter les ménages et les entreprises à adopter progressivement des modes de production et de consommation plus économes en énergie. Le rapport Rocard avait retenu 32 euros par tonne de CO2 en 2010, pour parvenir à 100 euros en 2030. Ce chiffre de 32 euros était déjà le fruit d'un compromis mais le gouvernement propose aujourd'hui d'abaisser ce prix à 15 euros la tonne. A ce niveau, la contribution perd toute efficacité : elle alourdit la facture des plus modestes sans dissuader les comportements les plus énergivores de ceux qui en ont les moyens.

En outre, même si le produit de la taxe est intégralement reversé - et reste à savoir sous quelles forme -, le volume à redistribuer sera moins important. Pour que la taxe carbone soit - aussi - un instrument de justice fiscale, son montant doit être élevé : on collecte davantage, donc on peut redistribuer davantage à ceux qui en ont le plus besoin.

Ensuite, la contribution climat-énergie doit porter sur l'ensemble des gaz à effet de serre (GES), et pas seulement sur le CO2. Il s'agit de prendre en compte notamment le méthane (18% des émissions de GES) ou le protoxyde d'azote (9% des émissions). L'agriculture et l'élevage, particulièrement concernés, doivent être partie prenante dans la lutte contre le changement climatique. De même, l'industrie ne doit pas échapper à la taxe tant qu'elle bénéficie d'un système de quotas gratuits : le principe du pollueur-payeur, qui seul permet d'encourager les changements, doit s'appliquer intégralement.

Il est par ailleurs crucial d'intégrer les consommations d'électricité dans l'assiette de la contribution. Une taxe strictement assise sur les rejets de carbone risquerait de reporter mécaniquement les consommations vers l'électricité, au risque d'augmenter encore la production d'électricité à base de charbon ou le recours au chauffage électrique, aberration énergétique et trappe à endettement pour les ménages modestes vivant dans des logements mal isolés.

Enfin, il est indispensable que le produit de la collecte soit orienté vers la lutte contre le dérèglement climatique. La contribution climat-énergie ne peut pas être le moyen de remplir des caisses de l'Etat vidées par le bouclier fiscal et les politiques de relance à l'aveugle. Le produit de la contribution climat-énergie doit donc être intégralement reversé sous forme de "chèques verts", en prenant en compte les disparités de revenus, d'infrastructures de transport, d'éloignement domicile-travail... Il ne s'agit pas, pour nous, de "plus d'impôts", et encore moins sur les plus fragiles, mais de "mieux d'impôt", afin de changer à la fois nos modes de vie et de redistribuer du pouvoir d'achat à celles et ceux pour lesquels la situation est aujourd'hui la plus difficile, et qui sera plus difficile encore si l'on ne fait rien.

La contribution climat-énergie n'est bien sûr pas une solution miracle. Elle n'est qu'un des éléments d'une politique globale de lutte contre le changement climatique, qui suppose d'autres choix que ceux portés par l'actuelle majorité. Mais face à la menace climatique, nous préférons les pas en avant aux plus belles des promesses. Il est trop tard pour esquiver nos responsabilités, trop tard pour reporter une fois encore les décisions douloureuses sur celles et ceux qui viendront après nous. Il faut des actes, maintenant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Reporter les consommations sur l'électricité c'est ce que veux le gouvernement pour justifier sa politique nucléaire (et au passage arroser ses copains Bouygues, Areva ...) qui a besoin pour être fiable et rentable d'une forte et régulière consommation d'électricité ! ON ne pourra pas faire de grande réforme sur l'énergie tant que le pouvoir est au mains des lobby en particulier du nucléaire !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Excellent article. Très clair et concis.
Au delà d'une redistribution envers les particuliers, ne faudrait-il pas aussi envisager une redistribution envers les collectivités ,notamment les conseils généraux qui ont aujourd'hui la compétence des transpots collectifs en milieu rural voire même péri urbain afin qu'il le développe massivement pour offrir une véritable alternative à la voiture aux ruraux et péri urbain qui travaillent en ville.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bravo pour cette tribune non démagogique, non clientèliste, non lapidaire, non simpliste mais totalement pédagogique qui montre la maturité politique des verts

Continuez !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Merci, mille fois merci. Disposant de revenus mensuels largement supérieurs à la moyenne des Français, propriétaire d'un pavillon, n'ayant aucun problème pour obtenir un léger crédit, je vais grâce à différentes aides pouvoir équiper le toit de ma maison de cellules photovoltaïques, m'équiper de réducteurs d'eau, refaire l'isolation et avec un peu de chance, la taxe carbone au regard de tous mes efforts citoyens me sera intégralement compensée. Certes, je vais avoir plus de mal à me passer de ma voiture. Mes talons aiguilles, jupe longue et manteau cintré, éloignés de la mode bobo cool (mais tous fabriqués en France) ne me permettant pas de pratiquer le vélib mais peu importe quelques centimes de plus le litre pourront être supportables. Cela va sans dire, je ne fréquente pas les supers marchés, ces temples de la consommation remplis de pauvres, et je préfére les petits commerçants. A noter également que j'ai jeté à la poubelle tous les produits d'entretien, seule la femme de ménage a un peu tiqué. En son temps, Bourdieu avait écrit que la sociologie était un sport de combat, je peux en témoigner l'écologie est un sport de riches. Alors, tant pis pour mes voisins, petit couple de retraités modestes, uniques rescapés d'un quartier en pleine boboïsation, ils paieront pour moi, tant pis pour les jeunes d'à coté qui trop riches pour habiter les HLM et trop pauves pour acheter condamnés à partir plus loin, ils galéreront dans des transports en commun inexistants ou prendront leur voiture. Le "mieux d'impôts" super, avec tout l'argent qui me sera remboursé, en y réfléchissant je vais peut être investir dans une piscine écolo................
Encore merci
Catherine De Ferran
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"à adopter progressivement des modes de production et de consommation plus économes en énergie"
Sauf qu'il n'y a pas d'alternative crédible pour le chauffage en logement collectif ancien ou pour la voiture...
La taxe n'a jamais été une solution à un problème. La solution ? La mise en place de nouvelles normes comme on l'a fait pour les aérosols ou la ROHS...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Une Fance éclogique subsvetionnée par une nouvelle taxe qui ne sera payé que par les classes moyennes, EDF fournisseur de courant dans les périodes hivernale avec des centrales a combustibles fossile ne semble ps inquiété ainsi que la SNCF avec ses tractions diesel, il faut pensé que l'industrie, les transporteurs vont de leur coté répercuter cette taxe sur les produits de consommation, réduire les charges sur les salaires élimine du fait les retraités, j'ai la chance de résider à proximité d'une agglomération ou les transports sont gratuit mais cette proximité ne dessert pas mon village dépourvu de tout commerce donc pour aller travailler et faire mes courses il n'existe que la voiture, suis-je défavorisé ,
Pouquoi ne ps imposer lors de la rénovation ou la construction d'édifices publiques l'utilisation d'énergie propre, notre gouvernement raisonne uniquement par taxe et ne fait aucun effort
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
on pourrait peut etre attendre un peu que le chomage arret sa chute pour créer une nouvelle taxe c'est déja assez dure comme ca
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"au risque d'augmenter encore la production d'électricité à base de charbon"
Sauf que l'electricité produite au charbon sera soumise à la taxe carbone. De meme que celle produite au gaz. De fait, les producteurs de ce type d'electricité verront leur cout augmenter et seront peu à peu disqualifié. On comprend que cela dérange les verts dont le plan de sortie du nucléaire prévoit un recours massif aux centrales a gaz extremement emettrice de CO2. Il ne faut pas se tromper, ce sont bien les GES qu'il faut taxer pas necessairement l'energie. Et si la taxe carbone réoriente les energies et electricité vers les sources les moins polluantes (renouvelables, nucleaire, hydraulique), c tant mieux, si cela peut se faire à confort enegétique équivalent (il faudra juste apprendre à utiliser plutot l'electricité, essentiellement nucléaire que le pétrole), c'est encore mieux. Les contraintes de l'avenir seront suffisament dur, n'en rajoutons pas nous meme !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout à fait d'accord avec Romgi. Il faut aussi une contribution climat sur l'éléctricité produite à partir de toutes les énergies fossiles non renouvelables (uranium, pétrole, gaz): Le problème des GES ne doit pas faire oublier la question des déchets nucléaires et des risques majeurs inhérents au nucléaire.Pas question pour nos enfants de remplacer les GES par des déchets nucléaires.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Dire que j'ai voté à droite pour avoir moins d'impôts en France. Ceux qui peuvent ont raison de partir ailleurs. Comment voulez-vous que les gens fassent des efforts pour gagner plus si c'est pour le donner à l'état.

Le racket (radars et PV) des automobilistes ne suffit pas à l'état, c'est sous prétexte d'écologie que nous sommes de plus en plus taxés.

Ras le bol des vert surtout qu'ils ressemblent à des pastèques bien rouge à l'intérieur et une mince pellicule de vert au- dessus.

Heureusement que l?on n?a pas écouté les écolos pour mettre des centrales nucléaires si non bonjour la pollution avec les centrales thermiques à charbon
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il vivent de quoi Duflot et Besset
Devinez
Mumu
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi n'encourage t-on pas la réalisation de moteurs de type Pentone alors que l'on sait que ça fonctionne, au lieu de taxer.
En n'allant pas dans ce sens nous continuons à être dépendants et inféodés aux lobbyes pétroliers sans oublier que l'hypocrisie ambiante est là pour masquer notre manque de courage. Tout le monde connaît l'histoire de la grenouille que l'on plonge dans une casserole d'eau froide que l'on réchauffe peu à peu pour la cuire sans qu'elle s'en aperçoive! Pour moi, c'est ça la taxe carbone aménagée du chèque vert: on nous la fait gober en douceur, mais on nous la fait gober quand même. Elle a vraiment bon dos la planète. Moi aussi j'ai emprunté pour remplacer ma chaudière à mazout par une pompe à chaleur, mais maintenant voyez ce que fait EDF... etc etc
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
encore du n'importe quoi , des allocations ou cheques verts , pourquoi ne pas lancer un grand plan du RAIL ? , on a bien construit des autoroutes a foison , pourquoi ne pas creer dans toute ville moyenne des lignes RER ? , celà serait aussi profitable a des entreprises fra,çaises , le tramway lui est une aberation car il provoque bien des problemes d'engorgements et favorise encore la pollution , une autre aberation , les bus publics sont tous au diesel , donc polluant pourquoi donc ne pas investir dans le rail surtout qu'aujourd'hui ce systeme est le moins polluant au kilometre , ahh oui le probleme electrique ? , ben on aura pas d'un coté une ecologie saine et vertueuse et de l'autre n'oublions pas que chaque piece a une autre face , on ne peut donc avoir les avantages sans avoir les inconvenients
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
merci à c. de ferran, pour son recit particulièrement illustratif de notre société sarcoziste.
je fais partie du jeune couple qui est trop riche, trop pauvre mais pas assez pour payer tout de plein fouet. on nous avait vendu l'idée du tri selectif, qu'à terme, on paierait moins cher, au final, on nous explique maintenant que vu qu'on tri beaucoup, on doit payer chaque année un peu plus...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comme les socialos, les verts ne pensent qu'à une chose dépenser de l'argent pour des conneries en augmentant les impôts. N'ai je pas entendu Mme Aubry vouloir relancer la consommation?
Je ne savais pas qu'une relance se faisait par des impôts nouveaux. Mais c'est vrai que l'économie et la gauche cela n'a jamais fait bon ménage.
Qui va payer les classes moyennes comme d'habitude. Il y a bien d'autres solutions pour encourager et lutter contre la pollution. Un simple exemple encourager les panneaux solaires et le photovoltaique pour tous les logements neufs dans les départements du sud de la France. Mais pourquoi instituer une taxe systématique sur des citoyens qui ont besoin de leurs véhicules pour aller travailler.
Pourquoi ne pas taxer tous les producteurs de porcs qui ont pollué la Bretagne et tous nos agriculteurs qui par des pesticides de toutes natures détruisent rivières, faune???
Autre solution, créer une taxe sur chaque connerie prononcée par la gauche et les verts et croyez moi il y a de l'argent à se faire.
On pourrait créer une taxe sur les moules frites à Lille ( c'est étonnant que Aubry via Rocard n'y ont pas songé) où sur la vente des mergez à la fête de l'humanité?????. Tout cela pollue.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mais qu'es ce que vous avez tous avec votre rechauffement climatique?Les energies fossiles nous sont données par notre déesse à tous"dame nature" du fruit de ses entrailles pas vrais?Refuser avec un tel dedain un don si merveilleux me mettrait tres en collere si j'étais elle,et je vous le ferrais savoir à tous par quelques cataclismes naturrels bien sentis et tres meutriers bien sur, rechauffement ou pas ,d'autant que celui-çi est pour l'essentiel d'origine naturelle, nous quittons une mini glaciation pour rentrer dans un mini rechauffement ,espece humaine ou pas.Mais le probleme n'est-il pas vous(moi) pullulant sans limite sur le paradis que" dame nature" nous à donné ,incapable de se poser les vrais questions sur la proliferation humaine seul et unique probleme à résoudre,et ayant peur de la mort?Et si l'hyper pollution n'était pas le moyen de reguler le surnombre humain,avant que la planete ne s'occupe vraiment de nous pour de bon. Dans l'echelle de ses valeurs,on est la derniere saloperie qu'elle ai pu créer.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bon article. Dommage que les infos ne soient pas très réactives, j'aurais aimé ce jour lire un compte-rendu sur "ce que nous avons dit au pdt de la rep" et ce qu'il "nous a dit ou répondu". cela ralenti le débat.
Je suis d'accord pour taxer toutes les énergies utilisant pétrole et autres dérivés, gaz, nucléaire (pour l'uranium, minerai non sans limite de ressources) et l'absence de solutions aux déchets.
Pour les transports en voiture, favorisons l'essence contre le gazoil. Pour quoi ne pas remettre à jour la vignette (supprimer par les socialistes !!). Vignettes gratuites pour les petites cylindrés (réfléchir au cas des vieux véhicules souvent polluants mais utilisées par les plus pauvres). Mais que cette vignettes soient de plus en plus élevés en fonction de la cylindrée sans tenir compte de l'age. Certes un impot proportionnel au gout des amateurs de véhicules ostentatoires. Cela se paye l'absence de sobriété..... et cela permet de ne pas toucher aux prix des carburants, reste le fuel non taxé pour les véhicules utilisés en agriculture et travaux publics à taxer progressivement avec une information claire sur la progression de cette taxe.
Le problème du chauffage est complexe car les radiateurs electriques sont si peu cher par rapport aux autres outils de chauffage sauf le poele à bois mais tout le monde ne peut se chauffer au bois malgré les innovations du type bûches de copeaux pressées ou les pellets en plus dans la construction de neuf où vous avez une TVA à 19,6 les deux premières années puis à 5,5 ????
Quelques idées sans prétention.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
taxe supplémentaire sur les carburants après tout 6cts de plus !!!!! la mémoire est sélective il y'a 8 mois quels sont ceux qui pestaient contre l'augmentation des carburants dus à la spéculation??? qu'est ce qui se passera lorsque les traders auront retrouvé leurs esprit et se mettrons à spéculer en nous explicants que le pétrole c'est bientôt fini!!!
je suis d'accord le CO2 n'est pas seul en cause l'élevage est une source de méthane encore plus dangereux que le CO2 et que dire au passage de la décomposition des algues vertes et de leurs conséquences petit détail dans le grand ensemble d'une politique global de lutte contre les GES et non pas une éniéme taxe qui isolée de son contexte global ne tient pas la route
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
bonjour, bravo on vends brevet au inde de la voiture a air comprimé sans co2 , en plus en france aucune station en rechargement électrique ni de pompe gnv , ( gaz naturel de végéteaux ) , créer des emplois vert ( des stations vente de bois et granulés de bois et bien d'autres ) au lieu de taxer , le seul moyen de ce passer de pétrole oui c'est possible , bref quand les poules auront des dents ???
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je pense que taxe carbone ou quoi que ce soit , rien ne marcheras tant que, comme d?habitude, au moment de la catastrophe, un sursaut se produira et il sera peut être trop tard, car l?anticipation n?est pas le point fort de l?humain.
C?est uniquement quand il est dans la merde qu?il réagit, et a ce moment là, il fait ressortir le meilleur de lui-même malgré tout.
Mais cette fois Pourrat il réagir ?
Je sens que je vais bien m?amuser dans les années à venir.
Je regarde cela comme si je n?appartenais pas à l?espèce humaine.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Très bel article, à diffuser via tous les réseaux.
Il y a urgence à ce que les comportements changent.
Nous sommes tous sur le TITANIC et l'orchestre joue à tue tête, seul quelques passagers de 1er classe pourront en rechaper
de ce naufrage annoncé.
Bougeons nous pour faire changer de cap à ce navire complètement ivre, dont les officiers irresponsables ne pensent qu'a faire danser les passagers et à empocher des Dollars
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je partage entièrement cette analyse.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :