Quand la Chine réévaluera

 |   |  353  mots
Par François Lenglet, rédacteur en chef à La Tribune.

Désormais première exportatrice mondiale de biens industriels devant l'Allemagne, la Chine est également détentrice d'un autre record : elle est le premier fabricant de liquidités monétaires de la planète. Pékin est à la tête de quelque 2.300 milliards de réserves de change, largement placées sur les marchés obligataires américains.

Ce flot d'argent se déverse, tel le mercure, dans les circuits de l'économie-monde, investissant les recoins les plus lointains. Il est l'une des causes majeures de la crise financière qui nous a frappés, parce qu'il a contribué à hypertrophier la finance mondiale et à développer l'offre de crédit bon marché. Indirectement, Pékin s'est ainsi attribué une influence considérable sur la politique monétaire américaine, et donc mondiale : c'est Ben Bernanke, le patron de la Réserve fédérale des Etats-Unis, qui conduit la voiture, mais il y a un passager chinois à l'arrière. Et comme il donne souvent son avis sur l'itinéraire, il porte une responsabilité importante dans l'accident des subprimes.

En 2009, le tas d'or de Pékin s'est encore accru de 200 milliards de dollars. Et il y a toutes les chances qu'il en soit de même en 2010 : grâce à une monnaie sous-évaluée de 40% à 50%, la Chine est surcompétitive. Elle va donc continuer à accumuler de gigantesques excédents commerciaux, déstabilisant à la fois les entreprises, victimes d'une concurrence déloyale, et la finance, qui risque d'être à nouveau soufflée à l'excès.

Nicolas Sarkozy, qui semble désormais s'intéresser aussi aux questions monétaires - il dénonçait la semaine dernière le "problème considérable" de la parité euro-dollar -, ferait mieux de regarder à l'Est. C'est le yuan chinois et sa valeur absurde, bloquée par la Chine, qui crée à la fois du chômage chez nous et des bulles financières. La vraie sortie de la crise ne se joue pas seulement à New York ou à Francfort, siège de la Banque centrale européenne, mais à Pékin : quand la Chine réévaluera, le monde se réveillera.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2010 à 8:43 :
Tissu de contrevérités, car la Chine travaille et les USA spolie : relire ou écouter (site INA) par exemple la conférence de presse du Général de Gaulle du 05 02 1965.
a écrit le 21/01/2010 à 8:26 :
les balances commerciales durablement déséquilibrées peuvent elles préserver un environnement serein ? Nous 'souffrons' en France du fait que les prélèvements sociaux se font sur notre masse salariale, ce qui accentue la faiblesse de notre compétitivité. Il vaudrait mieux prélever cet argent sur les produits et services consommés sur notre sol. Ca ne changerait pas radicalement le prix de nos produits, mais ça augmenterait celui des produits importés. Une sorte de TVA sociale, qui rééquilibrerait notre compétitivité avec des pays comme la Chine ou d'autres, qui mènent finalement une sorte de 'guerre économique' à l'Occident, en lui 'pompant' chaque année des centaines de milliards de dollars.
a écrit le 21/01/2010 à 6:15 :
vous devriez etre president -ou au moins conseiller No 1-; vous etes le premier -mais c'est surement parce que vous n'avez pas fait l' ENA ni n'etes fonctionnaire - qui a compris le vrai probleme de l'economie!
p.s. meme si Morgan n'a pas tord; c'est de la consequence dont il parle et non de la cause; l'Euro c'etait deja une fuite en avant!
a écrit le 20/01/2010 à 11:22 :
TU AS RAISON MORGAN_BLEU ON A SOUS EVALUE NOS FRANCS EN LES DIVISANT PAR 6,55. LE RESULTAT C EST QUE TOUT EST CHER EN FRANCE MEME LE PRIX DU PAIN. D AILLEURS LES TOURISTES S EN PLAIGNENT ASSEZ. LES ANCIENS MILLIARDAIRES SONT DEVENUS MILLIONNAIRES MAINTENANT C EST BIEN LA PREUVE ET MEME CEUX QUI TRAVAILLENT ET QUI ONT UNE PAYE CORRECTE NE S EN SORTENT PAS.
a écrit le 12/01/2010 à 20:22 :
On risque de se réveiller un peu comateux. On ne se sent d'ailleurs déjà pas très bien...
a écrit le 12/01/2010 à 20:20 :
De fait, la Chine semble accumuler bêtement ses jetons sur la table. Pendant ce temps l'industrie du reste du monde est détruite. Belle machine de guerre polyvalente, elle a un marché intérieur suffisamment grand pour absorber sa production pendant longtemps après avoir réévalué brutalement le Yuan ou arrêté d'acheter les bons américains. Sevrage brutal et gros désordres assurés. Cela ferait un beau 170e pas de revanche. Ou en tout cas une belle arme de dissuasion...
a écrit le 12/01/2010 à 20:12 :
c'est totalement faux comme comparaison, la Chine n'est pas le passager qui donne son avis, mais la Chine c'est plutot l'essence qui fait tourner le moteur de la voiture américaine, si le conducteur ne sait pas conduire, c'est pas du tout la faute du carburant !!!
a écrit le 12/01/2010 à 13:21 :
le VRAI PROBLEME est la création de monnaie ex nihilo qui alimente une spéculation effénée qui ne date pas d'aujourd'hui et ce n'est pas la CHINE qui en est le moteur, mais bien les USA ! on commence à en avoir marre de votre désinformation, les mùédias aux ordres de la pensée unique ! mais rassurez vous la CRISE est loin d'être finie et il n'y a pas d'autre solution que de CHANGER DE SYSTEME et de revenir à une création de monnaie controlée par l'or comme c'était avant les deux guerres mondiales ... A suivre
a écrit le 12/01/2010 à 10:43 :
excellent article parfaitement clair ou nous ne sortirons de cette crise que lorsque nous aurons le courage de mettre des droits de douanes sur les produits chinois si ces derniers continuent de fausser les equilibres monetaires en refusant le parametrage de leurs monnaie
a écrit le 12/01/2010 à 9:03 :
ce n'est pas le yuan qui est sous évalué, c'est le Dollar et l'Euro qui sont sur-évalué. Si en France nous avions encore les Francs par exemple, le prix du pain ne serait pas tel qu'il l'est aujourd'hui, une monnaie faible est aussi synonyme de monnaie précise, lorsqu'on arrondit un prix à 1 euro près ce n'est pas comme à 1 Franc prêt. Ne critiquons pas le Yuan, calquons le et nous vivrons mieux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :