L'humanité doit changer ou elle disparaîtra

 |   |  740  mots
Le philosophe Pierre Rabhi, un des pionniers de l'agriculture biologique, revient sur l'échec de Copenhague et plus globalement sur l'incapacité des "grands sommets" à prendre des décisions rationnelles pour le bien collectif. Il rappelle que le temps n'est plus à l'aménagement de notre modèle, mais bien à un changement plus radical pour construire un monde plus digne de notre intelligence.

La grande déconvenue de Copenhague est à la mesure de l'espoir que cette rencontre avait suscité. Après les grandes cérémonies précédentes, il fallait être singulièrement naïf pour croire qu'une quelconque décision - que la gravité des enjeux nécessite absolument - allait surgir d'une ambiance de hall de gare, où chaque nation veille avant tout sur ses intérêts propres. L'enjeu, lui, est des plus simples. Suite à des transgressions de l'espèce humaine, il se pose comme un ultimatum. L'humanité doit changer de comportement à l'égard de la planète qui l'héberge, si elle ne veut pas disparaître.

Sur une planète une et indivisible - et dont la diversité et la cohésion renforcent la vie et la survie -, notre espèce, en dépit de sa nature également unitaire, est fragmentée. L'avénement très récent du phénomène humain a instauré un vivre ensemble fondé sur l'antagonisme. Certains font appel aux théories de M. Darwin pour le justifier. Quoi qu'il en soit, contrairement aux autres espèces, il n'a pas pour seul mobile la lutte pour la survie - relativement facile à solutionner -, mais des causes plus subtiles : les mythes, les croyances, les symboles pour exorciser une sorte de peur primale. Ces paramètres sont omniprésents dans toutes les concertations lorsqu'il s'agit de résolutions communes.

La rivalité issue de l'insécurité est allée jusqu'à apposer un ordre cloisonné, fait de morceaux de planète appelés territoires, à l'origine de grands conflits. Ces territoires sont comme les éléments d'un puzzle mais qui, au lieu de rendre intelligible le tout, en exacerbent la confusion. C'est ainsi que les questions factuelles, censées être examinées à l'occasion de ces rencontres, se posent en occultant les mécanismes subjectifs qui les sous-tendent et les déterminent. Le sort commun est guidé par des préjugés, alors qu'il devrait au contraire transcender les intérêts particuliers des nations.

C'est aussi la même irrationalité qui fait que, au lieu d'exalter la splendeur d'une planète vivante et unique, elle est ravalée à un simple gisement de ressources à exploiter jusqu'à leur épuisement. Pour ce faire, un ordre anthropophagique mondial s'est imposé insidieusement, avec une règle du jeu qui permet aux plus voraces de dévorer légalement les plus démunis. Pire encore, des Etats corrompus vont même jusqu'à confisquer à leurs populations les biens légitimes indispensables à leur survie. Comme nous ne sommes pas à une perversion près, le tiers-monde suscite, comme contrepartie de son appauvrissement programmé, des dispositifs internationaux à caractère compassionnel, pour lui allouer quelques subsides. Par une sorte de cynisme moralisé, la politique du pompier pyromane devient un mécanisme normal, banalisé, comme l'humanitaire est devenu le moyen compensatoire aux défaillances de l'humanisme, seul en mesure de le rendre sans objet.

Le plus extraordinaire encore, c'est d'avoir réussi à donner le noble vocable d'"économie" - à savoir la régulation des échanges pour la satisfaction des besoins de tous - à ce qui est le déni même de l'économie. La croissance économique fondée sur la prédation et la dissipation des ressources provoque une multitude d'effets directs et collatéraux négatifs parmi lesquels, justement, le réchauffement climatique, objet de Copenhague.

Bien des problématiques, comme la faim dans le monde, mériteraient autant d'effervescence, mais on sait que les priorités sont définies, au-delà même de l'autorité politique, par la puissance insidieuse de l'argent. On entend souvent dire que ces rencontres permettent néanmoins de sensibiliser l'opinion aux grands enjeux écologiques. Cela est indéniable, comme est indéniable la sincérité de nombreuses personnes qui aspirent au changement de l'aventure humaine. Mais il faut cesser d'être naïf, car le temps n'est pas à l'aménagement de notre modèle de société, mais à un changement radical pour qu'enfin, en plaçant l'humain et la nature au c?ur de nos préoccupations, nos talents et nos moyens puissent être mobilisés pour construire un monde digne de la vraie intelligence.

Nous en avons les moyens matériels, il ne nous manque que l'audace et la détermination. Ce qui donne de l'espoir, c'est que la société civile planétaire semble déjà s'être engagée activement pour que ce changement de paradigme puisse advenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2010 à 16:11 :
réponse à Pors Bray
Le surdoué c'est trompé
a écrit le 03/02/2010 à 10:46 :
Et vous des propositions ?
Aller coloniser d'autres planètes ?!
a écrit le 02/02/2010 à 9:58 :
Des propositions concrètes ? Des solutions ?
Allez voir sur le site de Colibris, Mouvement pour la Terre et l'Humanisme, association fondée par Pierre Rabhi :
http://www.colibris-lemouvement.org
a écrit le 30/01/2010 à 8:41 :
Dans les années 50, donc au siècle denier, un jeune prodige de 11 ans, que des époques plus récentes qualifieraient de surdoué ou enfant précoce, était interrogé sur le petit écran de l'ORTF. A la question: " que penses-tu de la misère dans le monde? "
Réponse brève: "la terre ne peut pas supporter plus d'un milliard d'êtres humains".

a écrit le 26/01/2010 à 14:03 :
L'ête humain est hélas un idiot qui est assis sur une branche qu'il est entrain de scier. Bien qu'il y ait des craquements, il continue de plus belle pour couvrir le bruit des avertissements et les cris d'alarme. La fin est proche et le monde aura vécu dans peu de temps.
a écrit le 26/01/2010 à 13:15 :
Alors c'est quoi ce changement radical pour construire un monde plus digne ?? Évidemment pas la moindre esquisse de proposition. Qui sont ces philosophes qui continuent à croire que bientôt 10 milliards d'êtres humains vont pouvoir vivre dans la satisfaction de leurs besoins?(quelle audacieuse perspective... ) Qui sont sont ces nouveaux incultes instruits qui s'imaginent qu'arrêter de faire péter les vaches va mettre fin à un bouleversement climatique dérisoire par rapport à ceux que créeront des variations infinitésimales de vents solaires, pour ne citer qu'eux? Notre planète a changé radicalement depuis sa naissance, elle changera aussi radicalement avec ou sans l'intervention de l'homme.
les grandes pestes du moyen age ont éradiqué près de 60% des populations européennes (je vous laisse imaginer la population de l'époque, et donc le nombre de survivants), ça n'a pas empêcher l'Homme de se relever et de repartir à la conquête du monde.
L'être humain est une infraction à la sélection naturelle, Darwin lui-même le savait. La Nature se fout de l'Homme, qui a dû gagner son droit à vivre, en développant son intelligence, sa créativité, sa spiritualité, se mettant en infraction avec les lois de la Nature. Si vous pensez vraiment (bien entendu, il n'en est rien) que l'accomplissement de l'homme adviendra en retournant se gratter l'arrière-train dans la savane, en se passant de science, de chimie, de culture, de valeurs et donc de conflits, transformer votre buffet en pirogue et allez-y, je ne vous retiens pas.
Plutôt que de se demander comment préserver jusqu'à la fin des temps, des ressources naturelles forcement limitées (même si je vous l'accorde, on peut ralentir le gaspillage), prendre conscience que l'avenir de l'homme passe par la recherche de nouveaux habitats, ce qu'il fait depuis toujours. Pendant que vous penserez ?uvrer pour un hypothétique salut de la planète, ce qui n'a aucune chance d'advenir sans l'apparition de nouveaux prédateurs, d'autres heureusement, regardent en direction des étoiles, comme on regarda jadis de l'autre côté de l'Atlantique.
Je vous laisse à votre projet d'hédonisme pacifié, sans violence ni conquête, sans différence, ni intransigeance, à votre entreprise de culpabilisation des Nations pionnières, à votre mielleuse compassion pour des peuples qui feront valoir leur droit légitime à se vautrer dans la chaude barbapapa de la consommation mondialisée, ce qui conduira inéluctablement à l'épuisement accéléré des ressources que vous prétendez (sans vraiment expliquer comment) pouvoir sauver.

Cette époque a décidément les philosophes qu'elle mérite. Heureusement, les hommes, les vrais, ceux (et celles bien sûr) qui pense que leur avenir n'est pas dans la seule satisfaction de leurs besoins (poouuahhh!!) ne vous attendrons pas.

Bises

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :