Mon assureur est dentiste

 |   |  288  mots
Par Pierre-Angel Gay, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

Réformer la politique de santé est, on le sait, extrêmement compliqué. Y associer les assureurs complémentaires, comme ceux-ci le demandent depuis des années, est un challenge qu'aucun ministre n'a osé affronter. Comme le dit Jean-Claude Seys, le fondateur du groupe d'assurances Covea, les complémentaires sont traitées par l'Etat en "supplétifs", en simple appui de la Sécurité sociale.

Et, pourtant, les choses bougent comme Groupama et Pro BTP en font la démonstration. Les deux groupes donnent accès, depuis quelques jours, à leurs 6 millions d'assurés à un réseau de 1.500 opticiens et 3.400 chirurgiens-dentistes agréés. L'idée n'est pas nouvelle : Allianz-AGF, Maaf et MMA font de même avec leur filiale commune Santéclair depuis 2003, tout comme Swiss Life avec son réseau Carte Blanche. Et les mutuelles ne sont pas en reste, qu'elles le fassent isolément ou par le truchement de la Fédération nationale de la mutualité française (FNMF).

Mais par son poids, le réseau de santé de Groupama et de Pro BTP donne à cette pratique une nouvelle impulsion, surtout que ses deux promoteurs n'excluent de l'étendre ni à d'autres assureurs, ni à de nouvelles professions de santé. Et il confirme le désir des complémentaires de mieux maîtriser l'évolution de leurs prestations, sans attendre d'hypothétiques changements des règles du jeu. Le but de ce type de réseaux de santé est en effet toujours le même. Les assureurs garantissent aux professionnels agréés un volume de clientèle. Et ceux-ci, en échange, acceptent de signer une convention encadrant leurs prestations et leurs... tarifs.

Des engagements gagnant-gagnant, donc, qui permettent aux complémentaires de ne pas être de simples tiroirs-caisses.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/02/2010 à 6:45 :
oui mais parfois les reseaux sont composés de gens incompetents qui sont prete a faire des tarifs de bazar pour se recuperer de la clientéle
a écrit le 26/01/2010 à 15:24 :
bonjour,

Peser sur les tarifs, c'est le but des conventions et de la politique conventionnelle menée depuis près de 15 ans par les mutuelles de fonctionnaires et notamment la Mgen.( convention avec les dentistes pour les prothèses, avec les orthodontistes, avec les optitiens avec les établissements de santé, avec les associations d'aide à domicile, avec les pompes funèbres...) ce genre de pratique n'est pas une nouveauté, ce qui est nouveau c'est de grands organismes complémentaires s'y mettent après avoir tant décrié cette pratique et proposé,pour des problèmes concurrentiels, des contrats à leurs adhérents sans souci d'une véritable politique de santé et d'accès aux soins.
a écrit le 26/01/2010 à 10:21 :
bonjour
tout le monde se plaint de l'augmentation des tarifs , mais regardons nous en Face. Qui n'a jamais entendu un proche ou la famille aller de faire faire une paire de lunettes au motif qu'ils n'ont pas "consommés" leur forfait annuel??? et j'en passe..cessons de nous plaindre de tout et commençons par avoir un comportement responsable c'est à dire changer si c'est un besoin et non pas une mode :!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :