Le bon, la brute et les truands

 |   |  338  mots
Par Odile Esposito, rédactrice en chef à La Tribune.

Si l'intervention de Nicolas Sarkozy, lundi soir, a apporté peu de surprises, elle aura montré qu'il existe, pour le chef de l'Etat, trois grandes catégories de dirigeants : le bon, la brute et les truands.

Le bon, c'est Henri Proglio, fustigé par la gauche pour sa double casquette de PDG d'EDF et de Veolia. "L'un des meilleurs chefs d'entreprise français", a plaidé le président. Une étiquette que ne manqueront pas de railler humoristes ou politiques si, d'aventure, le nouveau patron d'EDF a de mauvaises nouvelles à annoncer.

La brute, c'est Louis Schweitzer. Le chef de l'Etat n'a pas prononcé son nom, mais la cible était claire. "Celui qui a défendu des mesures sociales pendant la campagne présidentielle, comme le Smic à 1.500 euros pour tous", mais qui "en même temps aura été celui qui a le plus délocalisé", c'est bien l'ancien patron de Renault, ex-directeur de cabinet du Premier ministre socialiste Laurent Fabius. Peu importe qu'il ait été épaulé, à partir de 1996, puis remplacé en 2005, par un "cost killer" de génie. Carlos Ghosn se retrouve, lui, épargné. Sans doute pour avoir promis de ne pas expédier toute la production de sa future Clio vers la Turquie.

Les truands, enfin, se sont reconnus sans peine, cibles depuis longtemps de Nicolas Sarkozy. Ce sont les banquiers, ces ingrats secourus par l'Etat et qui rechignent aujourd'hui à prêter aux PME ou aux jeunes couples voulant acheter un logement. Mais aussi les patrons de la grande distribution qui étranglent les producteurs de lait ou de fruits, tout en refusant à leurs malheureuses caissières le droit de faire des heures supplémentaires.

Dans ce western élyséen, les rôles sont bien tranchés, les méchants clairement désignés. Pourtant, tous les cinéphiles vous le diront, ce qui a fait le succès du film de Sergio Leone, c'est la complexité des personnages. La limite très diffuse entre le bien et le mal. Le dosage est sans doute trop subtil pour une démonstration politique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/01/2010 à 8:28 :
Article tendancieux sans réel intérêt .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :