Un PS de rêve

 |   |  307  mots
Par Sophie Gherardi, directrice adjointe de la rédaction de La Tribune.

Quel soulagement ! Voir le Parti socialiste, le principal parti à la fois d'opposition et de gouvernement, se préoccuper ainsi de l'avenir, cela réchauffe le coeur. C'est vrai, la question des retraites a de quoi angoisser. Les jeunes qui, après avoir étiré autant que possible leurs études faute de débouchés, commencent leur vie professionnelle par un quinquennat de stages, petits boulots et CDD, font le calcul.

Voyons, sachant que mon premier salaire crédible, je l'aurai à 29 ou 30 ans, si je rajoute quarante et un ans et demi de cotisations (bientôt quarante-deux et sans doute quarante-trois le temps que j'y arrive), ça me fait partir en retraite vers les 72 ans. Même avec une bonne santé, c'est un défi. Heureusement, le PS a eu une idée. Epatante, sa suggestion d'assurer aux jeunes, dès 23 ans, une insertion dans le marché du travail avec, à la clé, un revenu ouvrant des droits à la retraite.

C'est vrai que ce sera compliqué, que ce sera dur à financer, qu'il faudra changer les mentalités. Mais le PS ne recule jamais devant une proposition innovante, et à l'unanimité. Des considérations de politique politicienne entrent bien sûr dans son calcul. Sarkozy et Fillon veulent conclure d'ici la fin de l'année une réforme des retraites. La seule chose qu'ils proposent, c'est d'allonger la durée de cotisation par la fin.

Avec un art consommé du contre-pied, les socialistes viennent de proposer d'augmenter le nombre de cotisants par les deux bouts : en faisant entrer plus tôt les jeunes sur le marché du travail et en permettant à tous les Français qui le peuvent de travailler plus longtemps. Hein ? Quoi ? Je rêvais ? En fait, le bureau politique du PS a juste déclaré mardi soir que l'âge légal de la retraite devait rester intangible, à 60 ans !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2010 à 16:08 :
Pour le parti socialiste il faut satisfaire le bon peuple, tant pis s'il en crève, il mourra heureux. Celà permet d'obtenir des voix, de raffler des sièges, de tenir des régions, d'augmenter les dépenses et le nombre de fonctionnaires (majoritairement PS) et accessoirement de ruiner la France. Pas de problème, la droite viendra la sauver quand on sera au bout du rouleau après s'être bien gobergé. Franchement, est-il bien raisonnable de maintenir l'âge de la retraite à 60 ans alors que l'on a gagné de nombreuses années de vie et que l'on commence la vie active bien plus tard? Il faudrait que le pays soit riche, très, très riche. Il est indispensable que les Français se mettent à raisonner objectivement. Nos voisins européens l'ont fait, sans doute pas de gaité de coeur, mais en souhaitant faire face au problème et laisser un avenir à leurs enfants. Peuple de France, nous ne sommes pas plus bêtes qu'eux.
a écrit le 29/01/2010 à 14:41 :
Il est bien vrai que Madame AUBRY ne dit pas qu'il faut cesser de travailler à 60 ans.
Elle se contente de TROMPER LE BON PEUPLE en lui donnant implicitement à croire que travailler jusqu'à 60 ans suffira à obtenir une pension de retraite d'un montant assez élevé pour faire face à tous les besoins (y compris sans doute ceux qui viendront de la dépendance, inéluctable pour une bonne partie des seniors).
Discours désolant.
Mais de moins en moins entendu par des Français désabusés en la matière (au sens propre du terme).
a écrit le 28/01/2010 à 20:35 :
Ces dirigeants socialistes sont d'un cynisme incroyables. Ils savent qu'une telle mesure est infinançable, pour la simple raison que les caisses sont vides, et qu'il faudra emprunter encore plus pour financer ces emplois fictifs. C'est un cataplasme sur une jambe de bois, un leurre qui cache la misérable réalité: On ne sait pas quoi fabriquer de vendable au reste du monde, de manière à créer des emplois qui soient payés par l'étranger, c'est à dire ceux qui achèterons nos géniales productions. Il nous faudrait au moins10 Steve Jobs, mais des Steve Jobs qui ne feraient pas fabriquer leur camelote en Chine ou en Corée du Sud... Comme tout est parfait dans ce bas monde, les jeunes chinois et coréens ont eux aussi du souci à se faire pour leur retraite en raison du dumping social en vigueur dans leur pays. Ils auraient bien besoin de nos socialistes pour améliorer leur situation, cela contribuerait à améliorer la notre... en diminuant le différentiel de salaire entre eux et nous!
a écrit le 28/01/2010 à 8:48 :
Un peu beaucoup léger cet article d'humeur qui laisse à penser que la dir adj de la rédaction épouse absolument les positions de l'UMP. Martine Aubry ne confond pas l'âge légal immuable à 60 ans avec l'âge effectif de la retraite selon l'âge comme vs l'écrivez auquel on commence sa carrière. Faut tout expliquer ? C'est pénible à la longue.
A part ça, il neige à Davos pour cause de réchauffement de la planète !
Bises

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :