Apple fait trembler la terre

 |   |  321  mots
Par Jean-Baptiste Jacquin, rédacteur en chef à La Tribune.

Il n'y aura eu que deux événements en janvier 2010 pour mériter une même photo, en une, dans la plupart des quotidiens du monde entier : le tremblement de terre en Haïti? et Steve Jobs, le patron-gourou d'Apple, tenant entre ses mains la tablette iPad. Un drame humain hors du commun et un lancement de produit !

Au-delà de ce raccourci provocateur, c'est la puissance acquise par la marque Apple qui laisse béat. Quel fabricant, quel marchand, quel inventeur, quelle entreprise, fût-elle géniale, a réussi à s'offrir une campagne de publicité planétaire gratuite ? Cette puissance de feu marketing est à double détente. Il ne s'agit pas seulement pour Apple de lancer un produit paré de très nombreux atouts, mais dont seuls les trimestres à venir nous diront s'il est, ou pas, révolutionnaire. Apple s'est déjà mis en position de gagner un autre combat, sans même attendre de mesurer les chiffres de vente.

L'inventeur de l'iPod et de l'iPhone ne se contente pas de concevoir et de vendre des objets technologiques qu'il fait fabriquer en Chine. Il construit une position stratégique dans le commerce à l'ère numérique. iTunes, pour la vente de musique, App Store pour vendre des services, des jeux ou des logiciels? et maintenant iBook Store, pour vendre des livres, des journaux, etc...

Alors que l'économie numérique voit sa chaîne de valeur se complexifier entre le réseau télécoms, le produit et le contenu, certains acteurs choisissent de se positionner sur des maillons stratégiques. Google l'a fait avec son moteur de recherche. Steve Jobs est en train de le faire avec une plate-forme ouverte et simple d'usage. Simple pour les développeurs qui s'y précipitent, Apple s'occupant de l'interface client. Simple pour les particuliers, grâce à des outils d'une ergonomie sans équivalent. A ce rythme, "iJobs" aura bientôt construit une position inexpugnable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2010 à 17:28 :
Eh oui, c'est exactement comme ça que la création destructrice tourne une nouvelle page économique

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :