Les deux France

 |   |  354  mots
Par Eric Chol, rédacteur en chef à La Tribune.

Qu'elle envoie dans la rue ce mardi 999.000 manifestants selon la police ou 3 millions selon les syndicats, la France du Non a déjà gagné. De rassemblement en rassemblement, des salariés du public à ceux du privé, elle n'a cessé de grandir pour gagner la bataille de l'opinion haut la main. Ces Français, que l'on disait résignés, sont désormais une très large majorité à soutenir la mobilisation.

Mais où sont donc les autres, le tiers restant - on peut presque parler du dernier carré - qui dit oui à la réforme ? Où sont-ils, en dehors des soldats zélés de la sarkozie, ces Français assez masochistes pour dire oui sans broncher à la retraite à 62 ans ? Ces bons élèves qui, ayant assimilé les leçons de la démographie et les devoirs d'économies, s'opposent aux opposants ? Nulle part. On ne les voit pas, on ne les entend pas. Et ce sont peut-être eux qui font le plus défaut aujourd'hui au pouvoir, au moment où celui-ci tente péniblement de boucler sa réforme.

Front contre front, la démocratie parlementaire versus la légitimité de la rue, les tracts de l'UMP contre les banderoles de la CGT, le face-à-face tourne à l'impasse. Encore quelques poignées d'heures et le Sénat adoptera le texte de loi. Mais les foyers de radicalisation se multiplient dans le pays. Et les voitures risquent bientôt de ne plus rouler. Car le syndrome de la panne sèche guette.

De quoi, à la veille des vacances de la Toussaint, réveiller cette France du Oui, prise au piège des queues interminables devant les stations-service. Il flotte du coup en cet automne comme un parfum de "Milou en mai", le film de Louis Malle. Quand, le 31 mai 1968, les pompes à essence étaient à nouveau réapprovisionnées pour le week-end de la Pentecôte. La veille, 800.000 personnes avaient défilé pour soutenir le régime gaulliste. Pourtant, dix jours plus tôt, on comptait encore 10 millions de grévistes dans le pays et 53% des Français reconnaissaient la justesse des contestations universitaires. "Bis repetita" ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :