Internet : de l'agora au centre commercial

 |   |  307  mots
DR
DR (Crédits : Albert Caen)
Par Olivier Provost, directeur adjoint de la rédaction de La Tribune.

Internet et la Grèce antique, même combat. La place de la cité hellène a d'abord vu s'épanouir philosophes et dialecticiens avant que la foule de leurs auditeurs n'attire les marchands du temple et que ces derniers ne transforment l'agora en centre commercial. Sans pour autant tuer Socrate ou Platon, mais en fournissant la nourriture terrestre pour leurs banquets.

Le Web connaît la même évolution. Cet outil fantastique, né de la volonté de quelques universitaires anglo-saxons de pouvoir dialoguer à distance et d'échanger des données, est rapidement devenu la bible de tous ceux qui recherchent des informations - grâce au dieu Google, vainqueur de Yahoo sur l'Olympe du Net - avant de se transformer en machine de guerre pour interagir à distance : mieux se connaître et rester en contact via les réseaux sociaux (merci Facebook), partager ses vidéos (gloire soit rendue à YouTube et Dailymotion) et désormais acheter des produits. En la matière, les pionniers eBay et Amazon ont vite été rejoints par une cohorte de cybermarchands. Phénomène assez classique sur Internet, les acteurs dominants de la vieille économie, les Walmart et autres Carrefour, n'ont pas été les plus rapides, ni les plus actifs, dans cette conquête du far-Web.

Parmi les vedettes du moment, le tricolore Ventesprivées.com ou l'américain Groupon sont autrement innovants et dynamiques. Même un domaine apparemment peu adapté à la vente en ligne, celui de la chaussure, est en train de faire un véritable carton sur la Toile et d'y connaître une guerre sans merci, alimentée par les clics frénétiques de consommateurs et consommatrices accros à leur clavier. Le vieux tabou de la mise sur Internet de son numéro de carte bancaire n'aura pas résisté à la fièvre acheteuse de nos contemporains. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :