L'électricité doit obéir au calcul économique

 |   |  900  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Par Alain Madelin, ancien ministre.

Coup sur coup, l'Allemagne et l'Italie viennent de renoncer au nucléaire. La raison avancée - le risque sécuritaire - ne trompe personne. A strictement comparer les risques, nous aurions dû depuis longtemps renoncer au charbon, compte tenu des dangers bien plus considérables des coups de grisou et de la silicose. Démanteler même nos barrages hydroélectriques, dont on connaît les risques de rupture à travers le monde et à travers l'histoire. Sans parler, bien sûr, des millions de morts des accidents de la route qui auraient dû depuis longtemps nous faire abandonner l'industrie automobile.

Pourtant, la question de la sortie du nucléaire n'a rien d'illégitime. A condition, toutefois, de pouvoir répondre aux autres questions qui s'invitent aussitôt. Comment sortir ? Par quoi remplacer le nucléaire ? A quel prix ? A quel coût écologique ? Or les réponses à ces questions ressortent du calcul économique et non du calcul politique. Elles dépendent des progrès technologiques et non de visions étatiques.

Certes, l'électricité n'est pas un marché tout à fait comme les autres et l'Etat n'y est pas venu par hasard. Quand nous dépendons de l'étranger pour nos sources d'énergie, l'État s'est fait garant de notre indépendance énergétique. Il s'est fait le bâtisseur intelligent de notre choix nucléaire. Au prix de la constitution d'un vaste complexe politico-nucléaire rétif au contrôle et à la transparence.

Enfin, au nom de la lutte contre le réchauffement climatique, l'Etat intervient désormais pour soutenir certaines énergies, en décourager d'autres. Résultat : une politique incohérente dénoncée par la Cour des comptes qui fait financer par les consommateurs d'EDF le surcoût exorbitant d'énergies renouvelables économiquement ruineuses ou technologiquement immatures.

Pourtant, seul un vrai marché de l'électricité peut fournir - au travers de vrais prix - les bons signaux pour consommer ou économiser de l'énergie, investir et innover. Les faux prix fabriquent de fausses solutions.

C'est pourquoi l'Europe s'est engagée depuis plus de dix ans dans la construction d'un vaste marché de l'électricité interconnecté et fluide, libre et concurrentiel. Ce qui n'est pas sans problèmes pour la France, compte tenu de la spécificité de sa production électrique. Les économistes parlent volontiers de "rente nucléaire" pour qualifier l'avantage compétitif indiscutable du nucléaire...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :