Le "business model" des Etats-Unis à la peine

 |   |  696  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
Par Marc Fiorentino, d'Allofinance.com.

Le mois de juin s'achève. Et avec lui le deuxième cycle de "quantitative easing" de la banque centrale américaine. Une étape que redoutent les investisseurs depuis plusieurs semaines. Le patron de la Fed, Ben Bernanke, a confirmé cette semaine qu'il n'y aurait pas de QE3, ou peut-être un mini-QE3 si la situation économique américaine ne s'améliorait pas. Et la situation économique américaine ne s'améliore pas. Loin de là. Elle se détériore. La reprise de la croissance postcrise la plus molle depuis 1929 est déjà en train de s'essouffler avant même d'avoir trouvé un vrai souffle. On peut dès lors se demander à quoi a servi le QE2 ? Il suffit de regarder le visage de Ben Bernanke lors de ses trois dernières conférences de presse pour connaître la réponse. A rien. Ben Bernanke n'en revient pas. La bonne vieille méthode qui consiste à faire tourner la planche à billets et à inonder le pays de liquidités n'a pas fonctionné.

"Helicopter Ben", le partisan du Canadair à dollars, se gratte la tête. Il déprime. Il ne reconnaît plus ses ouailles. Ceux qui peuvent s'endetter se désendettent. Ceux qui ont un travail épargnent et ne consomment pas. Les entreprises qui ont du cash...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/06/2011 à 8:45 :
Je partage pleinement le titre de votre article qui d'ailleurs pourrait etre "le business model du capitalisme a la peine". Je me permets d'ajouter a votre analyse economique une observation sociale. Pour la premiere fois j'ai noté ces derniers mois une fracture dans la societé americaine entre les travailleurs, employés solvables et les plus fortunités. Le message est tres clair sur les chaines TV US: pour diminuer la dette prenez les dollars ou ils sont et non sur ceux qui font tourner l'economie!! Cela ressemble etrangement a la situation grecque! et par effet domino au reste des pays developpés capitalistes.
La solution a la crise profonde economique actuelle ne pourrait elle pas provenir d'un changement social corrigeant la difference entre "riches et pauvres"?
Nous avons eu le moyen age avec les seigneurs et les esclaves puis l'ere industrielle avec le Taylorisme qui avec de nombreuses avancées sociales nous a mené a un confort de vie certain avec les 35 heures. Ne vivons nous pas une autre revolution issue d'une mondialisation informatisée qui d'une part, a engendré des besoins de consommation non satisfaits bien au delà des besoins vitaux historiques, sources de frustrations et de coleres parmi la majorité en nombre de la population et, d'autre part, des organisations et individus qui ont su profiter d'une absence de gouvernance mondiale et qui etalent une opulence difficilement comprehensible et acceptable par les premiers, bien que normale selon les regles capitalistiques existantes. De plus les medias ont un effet de transparence et d'influences qui n'existaient pas a ce niveau dans le passé.
Un nouvel equilibre pourrait voir le jour qui serait probablement un recul social tres positif et apporterait une stabilité economique pour quelques decennies????

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :