Grèce, euro, dollar : un regard oblique sur la crise

 |   |  650  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : dr)
Par Jaques Barraux, journaliste.

Naguère, quand le franc était la monnaie des Français et le deutsche mark la monnaie des Allemands, critiquer la monnaie de son pays était considéré comme un délit. En France, cela s'apparentait à un crime contre l'État, à un acte de trahison. Le ton a bien changé dans les dix-sept pays de l'Union qui ont choisi de vivre sous le régime de la monnaie unique. Pour un Européen de l'Euroland, l'euro est aussi neutre que le dollar pour les habitants d'un pays de "zone dollar" hors États-Unis. La plaie ouverte par la coupure du lien entre la nation et la monnaie n'est pas refermée.

L'attaque contre l'euro - "mal en point","bientôt mort", "déjà mort" - reste le fonds de commerce d'une génération de chroniqueurs et d'économistes...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :