Quel programme PS, si DSK revenait... ?

Par Olivier Lecomte, professeur de finance à Centrale Paris.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : CEDRIC HELSLY)

Il y a fort à parier que si l'on pouvait établir une statistique des mots employés dans l'ensemble des médias et des conversations, il en est un dont la fréquence a dû décupler le week-end dernier, surtout dans les états-majors politiques. Un mot de deux lettres, l'un des plus simples de la langue française : "si", Pas la note de musique, mais la conjonction qui introduit une hypothèse, comme dans "Et s'il revenait ?". D'aucuns jubilent déjà, sur le mode "si" majeur, imaginant que ce "si" devienne certitude. D'autres, qui l'entendent plutôt sur le mode "si" bémol, doivent prier pour que cela n'advienne pas.

Sans s'appesantir sur le fond de l'affaire, imaginons un instant ce qui se passerait "si"... En particulier, comment une éventuelle candidature de Dominique Strauss-Kahn se combinerait avec le projet socialiste adopté dans une belle unanimité il y a quelques semaines.

Plongeons-nous pour cela dans deux documents récents, disponibles sur le Web : le dernier rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé "Crise et croissance, quelle stratégie pour la France ?" et un autre, publié par le think tank européen Bruegel, "Repenser la politique industrielle". La relation avec DSK ? D'abord, ces études ont deux auteurs communs, tous deux professeurs d'économie, Philippe Aghion et Elie Cohen, réputés proches de l'ancien directeur général du FMI. Et Bruegel est dirigé par Jean Pisani-Ferry, ancien membre du cabinet d'un ministre de l'Économie... nommé DSK. On peut donc imaginer au moins une certaine proximité intellectuelle. Or, les idées - fondées sur des travaux sérieux - énoncées par ces universitaires ne convergent pas avec plusieurs des « 30 propositions » socialistes. Voyons quelques exemples choisis : fusionner impôt sur le revenu et CSG ? (proposition n° 17). "Au total, la fusion entre l'IR et la CSG ne présente pas d'avantage clair, mais de nombreux inconvénients, pour certains très importants", nous dit le CAE. Rétablissement de la retraite à 60 ans et du seuil de 65 ans pour une pension sans décote ? (proposition n° 16). "La réforme des retraites décidée en 2010 [et le] report de 65 ans à 70 ans des décisions unilatérales de l'employeur concernant la mise à la retraite de leurs salariés" vont dans le bon sens, dit le CAE. "Nous allons créer 300.000 emplois jeunes" (proposition n° 4). "Il faut augmenter le taux d'emploi des jeunes en favorisant le cumul emploi-études, qui n'est pas préjudiciable à la réussite aux examens", répond le CAE. "Nous créerons une Banque publique d'investissement, qui investira dans la recherche et l'innovation, soutiendra les PME-PMI..." (proposition n° 1). Pas contre les aides publiques, nous dit Bruegel, mais à la condition qu'elles stimulent la concurrence, les bénéfices de celle-ci étant incontestables. Les deux études ne remettent pas en cause une économie ouverte et libérale, un mot imprononçable au PS.

Reste au moins un point d'accord : l'éducation. Le PS veut proposer un "nouveau pacte éducatif entre les professeurs et la nation", quand le CAE souligne que "le drame de l'illettrisme est un problème majeur pour notre avenir, car si nous ne parvenons pas à y remédier, ce n'est pas seulement notre entrée dans l'économie de la connaissance qui est en péril, c'est aussi la vie dans nos banlieues, la sécurité civile qui seront en danger". Il va falloir apprivoiser le mammouth...

On le voit, "si" DSK redevenait miraculeusement un possible candidat, son mariage avec le programme socialiste obligerait à des concessions. Sauf à dire qu'un programme c'est plus de la réclame destinée à gagner une élection qu'une réelle plate-forme d'idées à appliquer, mais dans ce cas, n'est-ce pas risquer d'abuser l'électeur et décrédibiliser un peu plus la fonction politique ?

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 23/08/2011 à 17:01
Signaler
cessez de nous empester avec ce type, on a honte qu'il eut envie de diriger notre pays, les socialites ont une belle chute en perspective

à écrit le 23/08/2011 à 16:58
Signaler
s'il revenait ce serait la chianlie comme dirait le grand charles

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.