Vers une économie autonome plutôt que collaborative

 |   |  359  mots
(Crédits : DR)
C'est Internet qui a permis à l'économie collaborative de se développer depuis 2010 environ par la mutualisation de biens et services. Le système d'apparence horizontal est en fait vertical, avec une plateforme Internet qui sert d'intermédiaire. L'économie collaborative prend une place nouvelle à côté des institutionnels avec un vernis d'éthique environnementale.

En opérant un raccourci brutal, avant la révolution industrielle, la grande majorité des acteurs économiques étaient indépendants, soit paysans pour 90% de la population, soit artisans pour les 10% restants ; hors le clergé, la noblesse et l'armée. Aujourd'hui, la France compte 8% d'indépendants parmi les 28,4 millions d'actifs. En 1890, il y a 7.000 bacheliers, en 2015, 617 900.

Certes, le pays est passé de 40 à plus de 63 millions d'habitants, il est plus instruit, mieux formé. Depuis 2000 environ, Internet a apporté des liens plus courts entre les producteurs, les commerçants et leurs clients. Internet et la formation ont contribué à développer une nouvelle économie collaborative.

Quelle est l'évolution de l'économie collaborative ?

Elle est en phase de maturation rapide en abordant tous les marchés. Internet se diversifie ; le Dark Net va être recherché pour de multiples raisons. Quant aux Gafa, ils deviennent des cibles (lire La Tribune n° 147 du 23 octobre 2015), et seront de plus en plus contournés.

L'économie collaborative va devenir une économie autonome. Plutôt que d'utiliser la plateforme Internet, les consommateurs-citoyens, encore mieux formés et plus aguerris, utiliseront des plateformes personnelles ou personnalisées, plus nombreuses, plus performantes et moins chères, qui court circuiteront... l'économie collaborative.

L'autre aspect de l'économie autonome est la relocalisation industrielle.

Par sa hausse des salaires, la Chine est en concurrence avec les États-Unis et des pays d'Europe. Elle délocalise dans les pays voisins. Une relocalisation mondiale est en marche. S'y ajoutent l'impression 3D, les robots et les cobots (robots imitant l'homme) et leurs possibilités, encore inconnues aujourd'hui, qui disposeront partout d'opérateurs compétents. L'industrie se redéploiera par petites unités... autonomes.

L'économie collaborative redécouvre l'autonomie et la puissance de l'individu, l'économie autonome en est la suite logique. Comme la fermeture d'une parenthèse de l'histoire, la révolution industrielle et ses mégacentres de productions.

Je repars en plongée.

_______

L'ouvrage le plus récent de Philippe Cahen :
Les Secrets de la prospective par les signaux faibles, Éditions Kawa, 2013

À découvrir aussi sa contribution à l'ouvrage collectif Rupture, vous avez dit disrupture ? Le futur est déjà derrière nous, Éditions Kawa, 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/11/2015 à 14:07 :
Dans le prolongement de l'article peut on poser la question de l'avenir des mégapoles ?
Concentrer 80% de la population dans des agglomérations est ce bien la bonne réponse à tous les maux du XXI e siècle ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :