Guy Verhofstadt, le troisième homme du Brexit

 |   |  542  mots
(Crédits : DR)
Le raffut parlementaire autour du CETA montre qu'il faudra compter avec le Parlement européen dans la négociation avec le Royaume-Uni. Sa nomination est passée inaperçue, mais il y a peu de chances qu'il reste longtemps à l'écart des radars médiatiques.

Le libéral belge Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre et actuel président du groupe ALDE au Parlement, sera l'homme de l'assemblée parlementaire européenne pendant les négociations du Brexit. Il en fallait un.

L'accord qui sera noué avec le Royaume-Uni requiert l'aval du Parlement... en fin de processus. Mais le récent précédent du CETA, où le manque de consultation parlementaire a failli faire capoter la signature, ne laisse pas le choix aux négociateurs en chef à la Commission et au Conseil européens : les 751 députés devront être consultés et entendus de bout en bout des discussions pour éviter une foire d'empoigne, en pleine campagne des élections européennes.

Comment ? Cela reste à voir.

« Il faudra associer Guy Verhofstadt sans qu'il ne soit autour de la table », indique une source d'une des deux autres institutions.

Le député n'a quant à lui rien dit en public sur le sujet, même s'il a déjà des entretiens réguliers avec Jean-Claude Juncker et celui qui dirige la petite équipe du Conseil, Didier Seeuws, une vieille connaissance. Seeuws fut son chef de cabinet quand lui était Premier ministre belge. Assez vite, il devra trancher, avec le président de l'Assemblée Martin Schulz, et ceux des groupes politiques, une question de calendrier : quand présenter la résolution dans laquelle le Parlement dessinera ses lignes rouges ?

Quelles seront les dispositions à prendre pour le Brexit ?

Avant ou après le Conseil européen d'avril où seront adoptées les « lignes directrices », autrement dit la méthode et les principes de la négociation ? Le faire avant lui fait courir le risque d'être démenti, après de passer pour suiviste.

Pour l'instant, il s'en tient à la consigne agréée par Michel Barnier, le négociateur en chef de la Commission, et l'équipe de Donald Tusk, au Conseil :

« Ne pas trop en dire à la presse. »

Mais dans les rangs même du Parlement, certains appréhendent les prises de position d'un homme qui a eu l'ambition de devenir président de la Commission et a longtemps siégé au Conseil européen.

« Il devra prendre garde à modérer ses propos et à ne pas jeter de l'huile sur le feu », explique l'Allemand Sven Giegold.

Fédéraliste convaincu, Verhofstadt n'a jamais aimé les multiples opt outs britanniques, peut être pas au point de se réjouir du Brexit, mais assez pour ne pas le pleurer.

« Il y a parfois un sentiment de ressentiment dans la manière d'aborder la négociation, ce n'est pas mérité. La tristesse du départ du Royaume-Uni doit être ressentie jusqu'au bout », explique le député écologiste.

En attendant, les députés font leur home work.

Commission par commission, ils listent les sujets.

« Plus on avance, plus on découvre de complications », explique une source parlementaire.

Mais d'ores et déjà, Guy Verhofstadt apparaît comme un allié naturel de la Commission européenne, qui aura la tâche difficile de défendre l'unité et l'identité de l'Union, l'indivisibilité des « 4 libertés » (libre circulation des capitaux, des biens, des services et des personnes) contre la tentation de compromis boiteux qui ne manquera pas de surgir du côté des États membres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/11/2016 à 17:24 :
Comment voulez vous que l'UE soit crédible?.Après l'élection de Juncker qui s'est servi de l'UE pour servir son pays,voilà son pendant belge qui s'est servi de l'UE pour des intérêts personnels.Au lieu de les démissionner,comme dans n'importe quel gouvernement,on les promeut comme dans n'importe quelle banque.On doit se frotter les mains du côté de Londres,en sachant qu'ils auront a affronter des négociateurs sensibles aux tintements des piécettes et au chantage sur leurs magouilles financières.
a écrit le 04/11/2016 à 16:00 :
Nos décideurs économiques et politiques européens étaient tellement persuadés que personne ne sortirait de l'europe qu'ils n'ont même pas été foutu d'en prévoir les modalités.

Bravo les guignols.
Réponse de le 04/11/2016 à 16:55 :
votre phrase démontre votre (relative) méconnaissance de ce qu'est l UE aujourd'hui (beaucoup plus qu'un marché ou la possibilité de passer une frontière les mains dans les poches) d'une part et que vous semblez savoir ce que veut ou pas le gouvernement britannique d'autre part.
Sinon pour les modalités c'est l'article 50, je crois que tout le monde le sait, et c'est au pays demandeur de le déclencher...Jusqu ici rien reçu à Bruxelles...
Par ailleurs, pour vous lire souvent, je trouve paradoxal que vous regrettiez la pression inamicale que l on met sur les Britanniques pour ici vouloir quelque chose de plus expéditif....L intérêt de chacun est d'arriver à un accord et de limiter les dégâts, ça prendra plus de temps, qu'un simple good bye.
C'est dommage que l UE suscite une telle haine en vous...
Réponse de le 04/11/2016 à 17:20 :
"Sinon pour les modalités c'est l'article 50"

Et bien alors pourquoi vont ils de commission en commission pour savoir comment faire ? Il y a la théorie et il y a la pratique et la pratique, la réalité, comme d'habitude vous dément.

"je trouve paradoxal que vous regrettiez la pression inamicale que l on met sur les Britanniques pour ici vouloir quelque chose de plus expéditif..."

Heu vous pouvez expliquer cette phrase svp ? Vous vouliez dire quoi en fait ? Parce que c'est loin d'être clair.

"L intérêt de chacun est d'arriver à un accord et de limiter les dégâts, ça prendra plus de temps, qu'un simple good bye."

Ah bon donc on est pas dans la haine viscérale que montrent les décideurs économiques via leurs médias et politiques envers l'angletterre alors, merci vous me rassurer mais là encore vous me rassurez en théorie puisqu'en pratique les médias n'arrêtent pas de conspuer les anglais qui ont osé sortir du dogme.

"C'est dommage que l UE suscite une telle haine en vous... "

L'UE ne suscite aucune haine en moi seulement un profond rejet, c'est comme une sangsue par exemple, vous pouvez difficilement la haïr, par contre vous pouvez vous en débarrasser.
Réponse de le 05/11/2016 à 8:29 :
Mais les Anglo saxons sont les chantres des dogmes que vous abhorrez, ils n'en sortent pas du tout, pour illustrer les Liam Fox ou Boris Johnson poussent à fond le TAFTA/CETA.
Je ne suis pas dans le secrets d'alcôve, mais j imagine qu ils discutent des limites des négo, de ce que chacun est prêt à accepter, pour avoir une position commune face à la GB. Les sujets sont innombrables et loin d'être qu'économiques.
Encore une fois ce n'est pas nous qui les virons ne l oubliez pas. Il est clair que si on disait out tout de suite et plus vite encore, ça ne vous plairait pas non plus (et moi idem).
Je n'ai pas l impression que l on conspue les Britanniques, mais il est clair que vous êtes peu nombreux à imaginer qu ils vont toucher la Terre Promise avec cette décision. On verra bien.
Enfin, une note que vous prendrez sans agressivité j'espère, c'est rigolo que ce soit vous qui parliez de réalité et de théorie!
Réponse de le 05/11/2016 à 11:48 :
Vous n'avez pas l'impression que l'on conspue les britanniques ???

Vous avez des impressions sacrément hasardeuses dites moi, regardez tous les articles rien que de la tribune, 9 sur dix blâme les anglais d'être sortie de l'UE.

Le reste de votre commentaire n'étant que du bavardage si votre but est d'avoir le dernier mot et que ça peut vous faire du bien c'est avec plaisir que je vous le laisserais.
a écrit le 04/11/2016 à 15:59 :
Le Brexit n'étant pas encore consommé, faut il l'aval de la Grande Bretagne pour que le CETA soit valable?
Réponse de le 04/11/2016 à 16:26 :
Oui, en effet.
Réponse de le 04/11/2016 à 16:59 :
je pense que oui et dans la mesure où ils sont les principaux demandeurs de CETA et autre TAFTA, j'imagine qu ils vont ratifier très vite. Par contre s ils finissent par sortir, je pense qu ils auront à renégocier avec le Canada...Shadock...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :